Boostez votre optimisme

Faites comme Raphaëlle : notez vos pensées positives au quotidien

Se focaliser sur ce qui est positif. Facile à dire, moins facile à faire. On vous parlait il y a peu de la technique « 3 good things », consistant à noter les 3 meilleures choses qui vous sont arrivées dans la journée. Maxime a interviewé Raphaëlle qui nous livre un retour sur sa pratique quotidienne .

Bonjour Raphaëlle. Tout d’abord, peux-tu te présenter en quelques mots ?

J’ai 28 ans, je suis ingénieure de formation et travaille dans le domaine des nouvelles technologies de l’information en tant que consultante.

Parlons d’une de tes pratiques quotidiennes : les pensées positives. Peux-tu me dire en quoi ça consiste ?

Il s’agit d’écrire chaque soir, en théorie juste avant d’aller se coucher, 3 pensées positives sur la journée écoulée.

Ces pensées positives peuvent être liées à quelque chose qu’on a accompli, une attention qu’on a reçue, une sensation qu’on a éprouvée ou simplement quelque chose de “bien” qui est intervenu dans notre journée.

Depuis combien de temps en écris-tu et qu’est-ce qui t’a motivé à le faire ?

J’ai commencé fin 2014 sur les conseils d’un ami. Cela fait donc plus de 2 ans que j’essaie d’écrire quotidiennement 3 pensées positives !

L’objectif était de m’aider à plus apprécier la valeur de ce que j’accomplis chaque jour, le positif ayant tendance à disparaître sous l’influence des irritants quotidiens.

Arrives-tu à écrire régulièrement ?

Je suis globalement régulière même s’il est parfois difficile de trouver des pensées positives ou de prendre le temps de réfléchir et de les consigner. Il peut m’arriver de les compléter le lendemain matin ou avec quelques jours de retard.

Question bête : est-ce facile ?  De quoi parlent tes pensées positives ?

Cela n’a pas été un exercice facile pour moi, en tout cas au début.

Cet exercice nécessite de prendre du recul, d’apprendre à reconnaître les petites victoires du quotidien ou simplement les bonnes actions, d’apprendre à accepter l’impact qu’on peut avoir sur le déroulement de notre journée.

C’est également une discipline qui impose de consacrer chaque jour 10 min aux pensées positives.

As-tu la sensation que cela t’apporte quelque chose ? As-tu remarqué des changements en toi, ou dans le déroulement de tes journées ?

Les pensées positives m’ont conduite à reconnaître ce que je peux faire de bien au sein d’une journée. C’est également un jeu : je vais essayer d’accomplir dans ma journée des actions qui me donneront, le soir venu, la possibilité de répertorier des pensées positives.

Ce sont des actions souvent liées aux interactions que j’ai avec les autres, aux tâches que j’accomplis, aux attentions que je reçois, au temps que je consacre à moi-même et à mes loisirs (sport, instant lecture…).

Aujourd’hui, quel bilan tires-tu de cette pratique ? Qu’est-ce qui t’incites à continuer ?

Plus de 150 pages de pensées positives en 2 ans. En moyenne, 3 par jour. Avec des journées exceptionnelles pouvant aller jusqu’à 6 pensées positives !

Je ne suis pas certaine de pouvoir dresser un bilan. Je dirais que c’est devenu une habitude. Une habitude qui m’aide à retrouver le sourire ou à éprouver un sentiment de satisfaction lorsque la journée a été un peu trop longue et que le positif s’est envolé pour laisser place à la lassitude.

La satisfaction est liée au fait d’atteindre un objectif simple – écrire 3 pensées positives- pour se rendre compte que la journée n’a pas été si mauvaise – des choses biens ont été accomplies !

Cela t’arrive-t-il de les relire ? As-tu noté une évolution dans la rédaction de celles-ci ?

Non, je ne relis jamais. Je me contente de la satisfaction de les écrire et de les savourer sur l’instant. A froid, sorties de leur contexte, je crois que j’aurais peur de les trouver ridicules.

Les partages-tu avec d’autres personnes ? Ou penses-tu que ce genre d’exercice doit rester une initiative purement personnelle ?

Une personne de confiance suit et lit régulièrement mes pensées positives. Je dirais que ce regard externe est un facteur de motivation. Je pense que c’est un facteur de motivation important de savoir que quelqu’un (un ami, un membre de la famille…) a à cœur vos pensées positives et votre bien être. J’ai cette chance et c’est surement l’une des raisons qui font que je continue aujourd’hui à écrire de manière régulière.

Plusieurs études montrent qu’on a plus de change d’atteindre un objectif lorsqu’il est partagé et qu’on bénéfice d’encouragements et d’un coaching. Je pense que ceci s’applique également à l’exercice des pensées positives.

Des conseils pour celles et ceux qui voudraient t’imiter et se lancer dans cette pratique ?

  • – Bien écrire ses pensées positives tous les soirs. Rattraper leur écriture 2/3 jours après c’est de l’ordre de la mission impossible.
  • – Choisir un support simple qui vous donne envie de les écrire.
  • – Les partager avec des lecteurs bienveillants.

————————-

Interview réalisée par Maxime.
Maxime travaille au sein d’un groupe industriel Français.  Titulaire de l’Executive MBA de Hult International Business School, « hacker le système » signifie pour lui replacer l’Humain au cœur de toutes les problématiques actuelles. C’est ce qu’il s’efforce de faire au quotidien, avec bienveillance.

Pour en savoir plus sur la méthodologie, retrouvez notre article sur 3 good things !

3 Comments
To Top