Entreprise

3 questions à Richard Bell, chef d’entreprise australien

Richard Bell

Richard Bell, 27 ans, est un chef d’entreprise australien à succès (vous retrouverez sa biographie détaillée en bas d’article). Il a toujours placé le capital humain et la passion au centre de ses stratégies. Entre deux rendez-vous, L’Optimisme a eu la chance de rencontrer cet homme d’affaires prestigieux et généreux…

Richard, selon vous, quelles sont les trois caractéristiques-clés pour être un bon manager ?

Un bon manager doit d’abord être un leader. Un manager n’est pas seulement quelqu’un qui met en place l’organisation des plannings et gère les différents indicateurs commerciaux, il doit motiver son équipe et prendre des décisions lorsque cela s’avère nécessaire.

La deuxième priorité est de prendre en considération la composante humaine de son équipe et de ne pas traiter ses collègues uniquement comme des personnes qui sont là pour faire « le job ». Tous ces gens sont comme vous, ils ont des rêves, des objectifs pro et perso,  des passions, des ambitions similaires ou différentes de la vôtre.

Un bon manager doit donc s’intéresser, connaître et comprendre son équipe en profondeur. Il doit faire en sorte que chacune des personnes qui l’a compose s’approche chaque jour un peu plus de ses rêves !

Enfin, la troisième chose essentielle pour un manager est de pouvoir mener ce que j’appelle une « gestion courte » (« manage short ») et une « gestion longue » (« manage long »). Ce que j’entends par « gestion courte », c’est être capable de se retrousser les manches et d’être sur la ligne de front, d’une part lorsque ses collègues en ont besoin, mais aussi pour comprendre ce qu’il se passe et les éventuelles problématiques que pourraient rencontrer ses collègues. Par « gestion longue », j’entends qu’un bon manager doit être capable de lire et interpréter les chiffres, les rapports et atteindre les objectifs de performance.

 

Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui veut créer une entreprise?

Ne le faites pas ! (rires) Mon meilleur conseil serait de ne jamais créer une entreprise uniquement dans le but de gagner de l’argent. Faites-le pour une cause réelle ! Il est facile de gagner beaucoup d’argent mais c’est une quête vide de sens ! Essayez de trouver une cause, du sens et amusez-vous ! Ayez une véritable passion, de l’amour pour ce que vous faites et vous contribuerez positivement au monde.

A partir de là, vous pourrez passer des journées (et des nuits) à travailler sur votre projet parce que vous saurez pourquoi vous le faites. Cela aura du sens, pour vous comme pour les gens autour de vous, vous apportez quelque chose de grand à la société, l’entrepreneuriat devient nettement plus intéressant.

Et si je devais émettre un second conseil : soyez prêt à échouer ! Vous n’allez pas avoir un « home run » (coup sur) dès votre première, deuxième ou même votre troisième tentative ! Vous allez grandir, apprendre de vos erreurs et vous enrichir. Ne devenez pas entrepreneur pour le résultat, mais profitez du voyage !

Qui vous inspire ?

Très bonne question ! Beaucoup de personnes dans des domaines très variés m’inspirent : certaines pour ce qu’elles font pour la société, d’autres pour leur succès dans les affaires ou pour leur dévouement à une cause ou une passion. J’admire également des pères de famille formidables ! J’ai donc toujours admiré beaucoup de gens.

Mais si je devais donner un exemple ou deux, je dirais Richard Branson car, non seulement c’est un homme d’affaires brillant, mais c’est aussi un père de famille, marié et avec quatre enfants.  Elon Musk m’inspire également pour son flair et son regard différent sur le monde.


 

En savoir plus sur Richard Bell :

Richard Bell est un homme d’affaires prodige de 27 ans. Il a récemment été nommé l’un des trois premiers « Emerging Leaders » de Start-up Daily en Australie. Connu notamment pour ses investissements et son poste de directeur général à The Entourage, Richard a créé et mené une équipe de 90 personnes.

Après avoir quitté l’école à l’âge de 16 ans, Richard s’est lancé dans une carrière couronnée de succès dans le fitness – il a d’ailleurs été plusieurs fois élu parmi les cinq meilleurs commerciaux au niveau mondial chez Fitness First. Richard gravit ensuite rapidement les échelons de plusieurs grandes entreprises. Il décroche un premier poste de cadre dirigeant dès l’âge de 21 ans.

Passionné d’entrepreneuriat, Richard commence alors à jouer gros et à mettre ses propres jetons sur la table. Aujourd’hui, à seulement 27 ans, il a des parts dans plusieurs entreprises prospères.

Son dernier investissement en date a d’ailleurs fait la une des journaux Australiens. Unfiltered,  une plate-forme multimédia B2B de pointe, à la croissance ultra rapide devrait traverser les frontières dans les mois à venir. Il est également consultant pour plus d’une cinquantaine d’entreprises, au sein de son cabinet, le Business Leaderz Group.

2 Comments

2 Comments

  1. Nathalie

    9 décembre 2016 at 8 h 36 min

    Merci pour ce texte inspirant!

    (Et au passage: on écrit « faites », sans circonflexe, et « coup sûr », avec circonflexe.)

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top