Les 4 stades de développement de l’adulte

14052

Aujourd’hui nous avions à coeur de vous partager un extrait du livre « Accomplissez votre destinée » du Dr Wayne Dyer.

L’extrait porte sur les 4 stades de développement d’un adulte.

Nous ne sommes pas toujours conscients des phases de vie que nous traversons.

Cet extrait nous donne les grandes lignes, et en même temps un moyen de réflexion.

 

1. L’athlète

Le mot athlète n’est pas utilisé ici dans le but de dénigrer les athlètes ou le sport. Il est là pour aider à décrire la période de notre vie adulte, où notre identification primaire se fait grâce à notre corps et son fonctionnement dans notre vie quotidienne. C’est l’époque ou nous mesurons notre valeur et notre bonheur à l’aune de notre respect et de nos capacités physiques.

Nos capacités sont innombrables et tout à fait individuelles. Elles peuvent inclure des particularités comme la rapidité à la course, la force du lancée aux jeux de balles, la possibilité de sauter très haut et l’épaisseur des muscles.

Nous jugeons de la valeur de notre aspect physique grâce à des critères de séduction basés sur la silhouette, la taille, la couleur des yeux, des cheveux, la teinte et la texture de la peau.

Dans une culture de consommation comme la notre, notre jugement s’étend même à l’aspect de nos voitures, de nos maisons et de nos vêtements.

Ce sont là nos pré-occupations lorsque nous traversons les premiers pas de l’âge adulte. C’est l’époque où la vie semble impossible sans miroir et sans ce courant constant d’approbation qui nous permet de nous sentir en sécurité.

Le stade de l’athlète est, dans l’âge adulte, celui au cours duquel nous nous identifions totalement à nos performances, à notre pouvoir de séduction et à nos réussites.

Beaucoup de gens se détachent de ce stade au profit de considérations plus profondes.

D’autres effectuent une sorte de va-et-vient de l’intérieur à l’extérieur de ce stade, les événements survenant dans leurs vies.

Quelques-uns y restent accrochés toutes leur existence. La certitude d’avoir dépasser le stade de l’athlète ne s’installe que lorsqu’on cesse de faire une fixation sur son corps en tant que source primaire d’auto-identification.

Bien sûr, il faut prendre soin de ce corps, le traiter avec ménagement, lui faire faire de l’exercice et le nourrir le mieux possible.

2. Le guerrier

Lorsque nous laissons derrière nous le stade de l’athlète, nous entrons généralement dans celui du guerrier.

C’est l’époque ou l’égo domine notre existence et nous nous sentons appelés à conquérir le monde afin de faire la preuve de notre supériorité.

L’égo, selon la définition est cette idée qui consiste à croire à notre propre importance et à notre caractère unique.

L’objectif du guerrier poussé par l’égo est de soumettre et de dominer les autres dans sa course à la 1ère place.

Au cours de ce stade, nous sommes obsédés par nos buts et nos actions, par l’entremise desquels nous entrons en compétition avec ceux qui nous entourent. Ce stade de l’ego est une période d’anxiété, durant laquelle nous ne cessons de peser nos réussites et de les comparer à celle des autres. Trophées, récompenses, titres et une accumulation de biens matériels deviennent autant de preuves de succès.

Le guerrier est extrêmement préoccupé par l’avenir et par ceux qui pourraient nuire à son statut et compromettre à cet avenir.

Il est motivé par des slogans, tels : « Si on ne sait pas où on va, comment saura t-on quand on est arrivé ? »; « Le temps c’est de l’argent, et l’argent est tout. » ; « Seul compte la réussite. »; « La vie est un combat. »; « Si je ne prends pas ce qui m’est dû, quelqu’un d’autre le prendra à ma place. »

Au stade du Guerrier, le statut et la position se transforment en obsession. Convaincre les autres de notre supériorité est le thème de cette période centrée sur l’autre, où l’égo est au commande.

C’est à cette époque que nous tentons de faire ce que font les guerriers : conquérir puis ramasser le butin.

Pour savoir si l’on a quitté ce stade il faut d’abord se demander quelle est la force qui domine notre existence.

Si la réponse est le désir de conquérir, de soumettre, d’acquérir, de comparer et de gagner à tout prix, il est clair que nous en sommes toujours au stade de guerrier. Même si nous entrons et sortons de ce stade lorsque nous le jugeons nécessaire pour fonctionner adéquatement. Nous sommes les seuls à pouvoir juger à quel degré d’intensité cette attitude domine notre vie et commande nos actions.

3. L’homme d’Etat

Au stade de l’homme d’Etat, nous avons apprivoisé notre égo et la conscience que nous avons des autres a changé. Nous voulons savoir ce qui est important pour eux. Plutôt que de rester bloqués sur nos acquis, nous sommes en mesure de nous questionner sur ces acquis avec un véritable intérêt pour notre prochain. Nous commençons à nous rendre compte que notre but prioritaire est de donner plutôt que de recevoir.

L’homme d’Etat est toujours un homme d’action, il reste bien souvent un athlète, mais son objectif intérieur est de servir les autres.

La liberté authentique ne peut être atteinte que par l’apprivoisement de l’égo.[/tweetthis

Lorsque vous êtes contrariés, anxieux ou que vous vous sentez coupés de vos objectifs, demandez-vous si vos émotions sont consécutives à l’évaluation que vous faites de la manière dont les autres vous perçoivent ou agissent envers vous.

C’est lorsque vous arrivez à vous libérer de vos préoccupations envers vous-même et cessez de penser à vous sur une longue période de temps que vous devenez un être libre.

C’est dans les services rendus aux autres, dans le mépris de ses petits intérêts personnels et égoïstes, que l’on trouve la joie pure.

Une des vies les plus touchantes et les plus édifiantes que je connaisse est celle de Mère Teresa, qui jusqu’à sa mort a secouru les opprimés et les miséreux.

Avant de l’interviewer un de mes amis a bavardé avec elle. Il lui a dit « Mère Teresa, y’a t-il quelque chose que je puisse faire pour votre cause ? Puis-je vous aider à recueillir de l’argent, ou parler de votre mission ?
– Non Patrick, n’en faites rien, a-t-elle répondu. Ma Mission n’a rien à voir avec l’argent ou la publicité. Il s’agit d’une cause beaucoup plus grande. »

Il a insisté. « Vraiment n’y a t-il rien que je puisse faire pour vous ? Je me sens si impuissant. »

Alors Mère Teresa lui a dit : « Si vous voulez vraiment faire quelque chose, Patrick, levez-vous demain à 4h, et allez dans les rues de Phoenix. Trouvez-y quelqu’un qui se sent seul et abandonné, et prouvez-lui qu’il ne l’est pas. »

4. L’esprit

Lorsque vous entrerez dans ce stade de la vie, vous reconnaîtrez, quels que soient votre âge et votre position sociale, votre essence la plus haute : votre moi-supérieur.

Le stade de l’Esprit est caractérisé par la prise de conscience que le territoire que nous appelons Terre n’est pas notre foyer. Nous comprenons que nous ne sommes ni un athlète, ni un guerrier, ni un homme d’Etat, mais une énergie infinie, sans limite, immortelle et universelle, résidant temporairement dans un corps.

Nous savons que rien ne meurt, que tout est énergie en constante mutation.

En tant qu’âme dans un corps , nous sommes passionnément attirés vers notre monde intérieur.
Nous laissons nos peurs derrière nous et commençons à ressentir un sentiment de détachement par rapport à tout ce qui a trait au monde physique.

Nous devenons un observateur du monde. Lorsque nous atteignons ce niveau, nous nous trouvons dans l’espace que j’appelle être dans ce monde sans être de ce monde.

Cette énergie qui est vous – que vous l’appeliez âme ou esprit – ne peut pas mourir et n’est jamais morte par le passé.

La plupart des gens pensent au monde spirituel comme à un monde qu’ils connaîtront après avoir quitter cette vie.

On nous a appris que le soi supérieur est un état qu’il nous est impossible de connaître aussi longtemps que nous sommes enfermés dans un corps et que ce corps se trouve sur cette planète.

C’est une erreur. L’esprit est là, maintenant. Il est en nous à cette minute même.

Et l’énergie n’est pas une chose que nous finiront par connaître un jour : elle est ce que nous sommes, ici et maintenant.

Alors, athlète, guerrier, homme d’état ou esprit ? Tous vos commentaires sont les bienvenus !

Retrouvez plus de commentaires sur le livre  Accomplissez votre destinée – Wayne Dyer