KOKORO Lingua, l’apprentissage par le partage

6604

L’éducation est une thématique qui tient à coeur à l’équipe de l’optimisme. Aujourd’hui nous partons à la rencontre de Nathalie Lesselin qui propose une nouvelle façon d’apprendre l’anglais à vos bouts de chou : d’enfants à enfants. Un apprentissage inédit basé sur l’intuition et l’émotion. A découvrir…

RBO_8733-ConvertImage

Nathalie, peux-tu nous dire quelques mots sur ton parcours ?

Petite, je voulais être maîtresse d’école. Puis travailler dans un orphelinat en Afrique. Finalement, j’ai suivi un parcours « classique » avec des études supérieures, et j’ai enchaîné sur une carrière à l’international, dans des grands groupes (Kenzo LVMH, Gucci Montres en Suisse).  J’ai ensuite été convaincue par une petite start up française, dont j’ai accompagné la croissance pendant 5 an.


kokoro

Et il y a eu un point de bascule ?

Chute accidentelle un mois après mes 40 ans. Traumatisme crânien avec commotions cérébrales, 8 mois pour récupérer. J’ai ressenti en moi une immense curiosité et la détermination de m’en sortir. Les accidents de la vie sont parfois aussi un cadeau de la Vie, qui ouvre un autre chemin. Et puis il y avait l’envie, le besoin irrépressible de donner du sens à mes actions, apporter ma petite pierre à l’édifice pour tenter un monde meilleur.


Pourquoi as-tu eu l’idée de te lancer dans un projet visant à l’éducation des langues ?

Tout ce qui est essentiel pour moi, à ce moment-là, revient à la surface : le plein potentiel -si particulier- de chaque enfant, ma propre connexion à l’Enfance, le partage des connaissances, la curiosité de la Différence, la tendresse pour notre Planète, les langues étrangères comme connexion à l’Autre, l’Universalité et le Cœur comme valeurs fondatrices.

Je repense à un livre qui m’a marquée profondément. A 16 ans, je lisais « KOKORO ou le pauvre cœur des hommes », de Natsume SOSEKI. Un choc culturel ! Du fin fond de ma Bretagne, je me demandais comment était-il possible que des personnes aussi différentes, dans leur mode d’expression des émotions, vivent sur cette même planète ? J’apprends la langue, j’entre dans cette nouvelle culture : nous sommes si différents, et au fond, si proches.

En quoi KOKORO Lingua est différent d’une méthode d’apprentissage classique ?

KOKORO lingua propose aux enfants de 3 à 7 ans (et leurs parents, leurs écoles) une pédagogie innovante d’éveil aux langues étrangères, fondée sur l’universalité de l’intelligence émotionnelle. Il s’agit d’apprendre de l’autre, simplement,  en partageant avec lui nos émotions réciproques. Pour la première fois, ce sont des enfants, natifs de la langue, qui partagent leur langue avec les enfants apprenants. Cet apprentissage par le partage, d’enfant à enfant, se fait par des vidéos hebdomadaires d’une dizaine de minutes, suivant à la fois un parcours pédagogique précis, déterminé avec une équipe experte et pluridisciplinaire, et laissant l’espace à la magie et à la créativité des enfants. Chaque semaine, il y a une nouvelle vidéo à découvrir sur une plateforme, et il est recommandé que l’enfant la visionne au minimum 3 fois dans la semaine pour ancrer les apprentissages.

Votre modèle économique se veut aussi innovant. Il est fondé sur le partage.

Oui ! Notre modèle économique est solidaire. Il repose sur le partage de la connaissance. La connaissance est précieuse et si l’on veut vraiment que chacun ait sa chance, alors nos solutions doivent aussi bénéficier à ceux qui sont dans le besoin. C’est pourquoi nous offrons, pour chaque abonnement KOKORO lingua souscrit, un abonnement pour un enfant ou une école dans le besoin.

Quelles sont les valeurs fondatrices du projet (en ce moment en crowdfunding sur Ulule) ?

Nous partageons des valeurs universelles de respect de soi, de l’autre, du monde. L’envie aussi de vivre ces émotions ensemble, ici et maintenant. Notre objectif est de transformer ces valeurs en moteurs de développement, en outils d’éveil, et de les diffuser largement.

Tu dois commencer à avoir des retours, qu’en pensent les enfants ?

Suite au Pilote, nous avons reçu des témoignages d’enseignants et de parents ravis, et qui, avec les enfants, attendent la suite. Le retour des enfants est très gratifiant pour nous. Ce sont les enfants, bien qu’intimidés, qui en parlent le mieux 😉 ! Ici en vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=gF_YNB01qQE&feature=youtu.be

Nous avons été très touchés aussi par un enfant qui refusait de parler en anglais avec sa maman anglophone, et qui, au contact de son « ami anglais », a vu ses blocages se lever. Tout se fait en douceur, il n’y a aucune pression, aucune attente, et c’est ce qui est beaucoup apprécié par les parents et enseignants.

T’es-tu inspirée du modèle Montessori ?

Oui, notre approche pédagogique s’inspire aussi de Montessori. Il n’y a pas de cadre imposé, l’enfant apprend à son rythme. Son apprentissage passe aussi par la main. KOKORO lingua s’appuie aussi sur les découvertes en neurosciences, qui ont démontré que l’émotion et l’intuition sont des facteurs puissants de mémorisation, ainsi que la linguistique.   

Nous avons également cadré le programme sur le Cambridge First dans la progression pédagogique pour permettre aux enfants d’apprendre environ 500 mots et expressions les plus courantes en 18 mois… mais attention, j’insiste, il n’y a aucune pression. L’apprentissage se fait en douceur.

kokoroQu’est ce qui te semble primordial d’inculquer aux enfants et comment le fais-tu ?

Différentes études démontrent les potentialités de l’enfant à la naissance, notamment au niveau physiologique dans la perception et la reproduction des différences fréquences des langues (voir le tableau des fréquences de A.Tomatis dans Nous sommes tous nés polyglottes). Si ces capacités ne sont pas activées, elles finissent par régresser, et un certain nombre de fréquences peuvent ne plus être entendues, ou le sont mal, et par conséquent ne peuvent plus être prononcées, ou le sont mal (voir L’enseignement en classe bilingue, Jean Duverger).

En parallèle, en développant le potentiel de l’enfant, on entretient ou développe l’ouverture aux autres, la connexion à soi, le respect de soi et du vivant. Toute la méthode est basée sur cela.

Quels ont été les principaux freins à la création de ce projet ?

C’est le financement avant tout. Nous souhaitons garder notre vision et notre indépendance, et donc rester libres financièrement.

Pendant près d’un an, notre équipe de 9 personnes a travaillé de manière bénévole (linguistes, pédagogues, gestion de projet, communication, etc.). Notre Pilote a été réalisé sur mes fonds propres, car je souhaitais voir si le rêve pouvait devenir réalité. Maintenant, nous devons trouver les fonds pour financer les tournages professionnels et lancer notre programme en anglais pour commencer, langue plébiscitée par les parents lors de notre enquête initiale. Nous avons donc lancé une campagne de financement participatif sur https://fr.ulule.com/kokoro-lingua/  jusqu’au 16 février, pour nous permettre de réaliser les tournages professionnels.

Et nous sommes également à la recherche de sponsors ou mécènes qui nous permettront également d’ouvrir l’apprentissage à d’autres langues… pour l’universalité.

Quelle a été la réaction de l’entourage ?

Une grande ouverture, une certaine surprise, un appui inconditionnel de certains. C’est magnifique de voir ce qui se joue lors que l’on tente de concrétiser son rêve, dans les moments de challenges comme de grandes joies, aussi bien en nous que pour notre entourage.

De quoi rêves-tu pour tes enfants et pour ceux qui bénéficient du programme ?

Qu’ils apprennent et découvrent avec joie et une bienveillante curiosité, de Soi comme de l’Autre. Qu’ils puissent rester autant que possible connectés au meilleur d’eux-mêmes, à cette lumière unique qui brille en chacun d’eux. Qu’ils laissent émerger les rêves et tentent de leur donner forme.

Comment envisages-tu l’avenir de l’éducation ? Que voudrais-tu changer si tu en avais la possibilité ?

J’espère que nous nous ouvrirons à toujours plus de coopération, d’écoute et de respect de l’autre dans sa différence, avec moins de compétition. Plus l’enfant est confiant, se connaît lui-même et ses valeurs fondatrices, son côté exceptionnel, plus il ira vers l’autre…

J’envisage une éducation où la connaissance se partage, se vit ensemble, se joue ensemble.

Des livres à conseiller ?

Philosopher et méditer avec les enfants, Frédéric Lenoir

Le cerveau de votre enfant, manuel d’éducation positive pour les parents d’aujourd’hui, Dr. Daniel J. Siegel, Tina Payne Bryson, préface Isabelle Pilliozat

L’enfant, Maria Montessori

Le nours, Bernard Montaud

Les lois naturelles de l’enfant, Céline Alvarez

L’âme du monde, Frédéric Lenoir

César l’éclaireur, Bernard Montaud

Des Talks ou interviews inspirantes à conseiller aux lecteurs ?
Plasticité cérébrale et bilinguisme, Stanislas Dehaene (Collège de France) : https://youtu.be/QG2EQKlrWZU

Gratitude, Louie Schwartzberg, TEDxSF : https://youtu.be/gXDMoiEkyuQ  (à partir de 4:45)

Une citation ?

« Dans la diversité des peuples bat le cœur de l’humanité », Hassan al-Wazzan, Léon l’Africain, 1488-1535

Si vous souhaitez en savoir plus et soutenir cette initative, n’hésitez pas à vous rendre sur leur campagne Ulule en cliquant ici 🙂