Câlinothérapeute : faire du câlin son métier

Caroline Lisfranc fait partie de ces rencontres très originales. Cette ancienne cheffe d’entreprise a décidé de tout plaquer pour suivre une autre voie : faire des câlins aux gens et ça lui va bien ! Vous la croiserez peut-être si vous fréquentez les salons bien-être. Avec sa pancarte « envie d’un câlin ? », elle fait sourire, elle amuse mais surtout elle partage sa bonne humeur et son brin de folie !

Bonjour Caroline, peux-tu te présenter en quelques mots ?

J’ai été à la tête d’une entreprise pendant plus de 25 ans. Je créais des objets originaux, tendres et rigolos. Je partageais des messages positifs, comme vous, pour faire du bien aux autres. Puis, l’année dernière j’ai décidé de tout arrêter. Je trouvais qu’il y avait trop d’objets sur la planète et je ne voulais pas l’encombrer davantage. J’ai voulu changer de direction et suivre ce que mon cœur me disait de faire.

Qu’est-ce qui a déclenché cette envie d’être « câlinothérapeute » ?

Il y a eu un élément déclencheur. Je fabriquais un ours en peluche, emblématique de mon univers. Il avait de longs bras comme s’il voulait nous faire un gros câlin. J’ai aussi été inspirée par Amma qui consacre sa vie à diffuser un message d’amour mais je n’ai pas de prétention philosophique ou spirituelle.

C’est un métier inédit. Où pratiques-tu ? Comment en vis-tu ?

Je fais des salons, je travaille aussi avec des startups. Je suis en discussion avec un gros groupe pour mettre en place des ateliers de câlinothérapie sur leurs lieux de travail. Les entreprises sont de plus en plus ouvertes à mettre en place des solutions innovantes pour le bien-être de leurs salariés même si parfois les gens me trouvent « décalée » car ils me disent qu’il est impossible de faire du câlin son métier. Mais moi je suis intimement convaincue de ce que je fais.

J’interviens sous la forme d’ateliers, d’interventions, lors de team buildings ou d’évènements d’entreprise, par exemple.

Pour le moment, je suis en micro-entreprise mais prochainement je vais me faire incuber. C’est aussi un métier où le contact humain et les relations sont essentiels. Il ne faut pas avoir peur d’aller vers les gens pour créer des opportunités.

Quels sont les bénéfices d’un câlin ? Comment les gens réagissent lorsqu’ils te voient avec ta pancarte ?

Le contact direct, charnel et humain est vital. Il y a beaucoup de gens qui en manquent dans leur vie. Lors d’un câlin, je transmets de l’énergie, c’est un échange. Un câlin peut soulager des tensions physiques et émotionnelles enfouies depuis des années. Lorsque les gens parviennent à lâcher prise, l’effet peut être très libérateur. Tout cela se fait dans le consentement absolu et mutuel.

Il y a des gens qui ne souhaitent pas et s’y refusent ; d’autres qui sourient ou hésitent.

Quelles qualités faut-il avoir pour être « câlinothérapeute » ?

En premier lieu, il faut bien sûr aimer les gens et le contact avec les autres. Il faut également une bonne dose d’empathie et ne pas juger les autres. Lorsque je fais un câlin, je suis sans jugement, je reste neutr, peu importe la personne qui se trouve en face de moi.

Quelle est l’anecdote la plus originale que tu peux partager à nos lecteurs depuis le début de ton aventure en tant que câlinothérapeute ?

Je ne le savais pas complètement mais maintenant j’en suis convaincue : plus je donne et plus je reçois et c’est bon !

Lors de la Nuit du Handicap, Place de la République, ne sachant pas trop comment m’y prendre pour câliner une personne en fauteuil roulant, j’ai osé lui proposer de m’asseoir sur ses genoux et ensuite je l’ai prise dans mes bras. C’était nouveau, sans aucun jugement et ce fut un beau moment de partage et un grand transfert d’énergie.

Quel message positif souhaites tu transmettre aux lecteurs de l’Optimisme ?

Faîtes comme moi ! Osez vous réaliser ! Vivez de ce qui est en vous ! Vous savez ce qui vous touche. Vous en êtes tous capables. En vous réalisant, vous ne pourrez que réussir !

Vous souhaitez contacter Caroline pour organiser un atelier de câlinothérapie ? Nous vous invitons à visiter son site Internet Pausecalin.

Crédit photo: Margaux Olivré

Nous vous invitons à découvrir d’autres métiers inspirants comme par exemple celui de Gabriella, conceptrice de recettes de pâtisseries.

Propos recueillis par Eva Mazur.