Cécile a travaillé pendant des années pour des grands noms de la mode, un jour elle a tout quitté pour lancer sa marque d’accessoires de mode et prendre du temps pour sa famille. Découvrez son parcours et sa passion

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Cécile, j’ai 45 ans, et je suis créatrice d’accessoires de mode.

Peux-tu nous parler de ton parcours ?

Je suis venue à Paris à l’âge de 16 ans pour étudier le modélisme et le style. J’ai intégré des écoles et suivi de nombreuses formations, du lycée Albert De Mun aux Ateliers Fleuri de Laporte, en passant par l’Association pour la Formation et le Développement des Arts Plastiques mais aussi par le CNACEFAG… J’ai ensuite travaillé durant des années pour de grandes marques (Kathy Korvin, Cacharel, Elle Japon, Monnaie de Paris, Kookaï) et dans de grandes maisons de couture (notamment Chanel).

Aujourd’hui tu as lancé ta propre marque d’accessoires, pourquoi ?

Je souhaitais m’investir et développer mes propres idées, et surtout vivre de ma passion. Tout cela en accordant du temps et de l’attention à mes proches. En travaillant pour des grandes maisons, je n’avais pas le temps de profiter de ma famille, tout quitter me permet aujourd’hui d’aménager du temps pour eux. Aujourd’hui je me consacre au développement de ma marque d’accessoires : K CHIK. Je fabrique des bijoux, des sacs et des objets de déco.

Quel est le petit truc en plus de tes accessoires ?

J’utilise et recycle des sacs de café du monde entier que j’associe à des tissus du monde, du cuir, du jean ou autre. Chaque pièce est unique, faite à la main à Paris.

Que veux-tu faire passer à travers tes créations ?

Il s’agit d’un projet éthique car je redonne vie à une matière première délaissée (la toile de jute des sacs de café), et la transforme en accessoire de mode chic. Un accent particulier est accordé à l’harmonie des matières, aux formes et aux finitions.

A travers ce projet, je souhaite aussi transmettre mes connaissances et expériences en formant des femmes et des hommes aux métiers de la mode.

Tu as l’air engagée corps et âme dans ce projet, quel est ton objectif aujourd’hui ?

J’interviens aussi bien à l’étape du design (au niveau des croquis, des dessins ou des prototypes) qu’à l’étape de la fabrication des modèles. Un de mes objectifs est d’ouvrir une boutique-atelier et de distribuer mes créations dans le monde entier…

Quelles ont été les choses les plus difficiles à surmonter pour en arriver là ?

De passer de 3000 à 300 euros de salaire ! J’ai eu l’impression de perdre ma liberté financière, bien que mon mari prenne le relais. Le challenge aujourd’hui est de repasser de 300 à 3000€ et même plus j’espère…

Quelle est ta définition du succès ? D’une vie réussie ? D’une vie pleine de sens ?

Pour moi une vie réussie est une vie ou je suis en accord avec moi-même, avec ma famille, une vie d’épanouissement personnel qui ne peut pas être basée uniquement sur l’aspect financier et matériel. J’ai choisi de créer mon activité, d’être épanouie et sans revenu fixe afin d’être plus présente auprès de ma famille plutôt qu’un poste bien rémunéré dans une belle maison avec peu de temps pour voir les miens. Tout cela est possible grâce au soutien total de mon mari, qui croit en moi et mon projet. C’est par définition un projet commun, un projet de vie.

Nos questions phares ;

Une citation préférée ? “Soyons réalistes exigeons l’impossible” Che Gevarra

 Un livre préféré ? L’alchimiste de Paolo Coelho

Pour retrouver les créations de Cécile c’est par ici et vous pouvez aussi suivre l’actualité de la marque sur la page Facebook !

Si vous aussi êtes allé au bout de votre rêve, ou si vous avez entendu parler d’un projet inspirant, venez nous en parler par mail etsionsouriait@ loptimisme.com ou sur les réseaux sociaux @etsionsouriait !