Chara France : une interface collaborative pour un tourisme solidaire à Bali

Nous avons eu le plaisir de discuter avec Christine Mazaud, Présidente de l’association Chara France. La mission de Chara France est d’inviter les touristes français à mettre dans leurs valises quelques biens matériels de première nécessité à destination des associations balinaises qui œuvrent en faveur des enfants orphelins et des femmes enceintes.

Chara France : son histoire et sa vocation

L’idée de Chara France est née au détour d’un hasard lors d’un voyage touristique. Rien n’était prémédité. Christine Mazaud se rend à Bali suite au décès de son frère, aux alentours de Noël 2016. Son chauffeur de taxi lui propose de visiter un orphelinat. Christine est prise d’un « coup de foudre » qu’elle ne peut expliquer. Elle y rencontre des enfants « magiques », vivants et curieux. Confrontée à la précarité dans laquelle vivent ces enfants, Christine réfléchit à un moyen de leur venir en aide efficacement. L’idée lui vient alors de mêler tourisme et solidarité en créant une liste d’associations et d’ONG pour inciter les voyageurs français à faire des dons matériels et inviter aux échanges culturels lors de leur séjour.

Des adresses vérifiées pour faire des dons matériels

Selon Christine, il n’est pas toujours évident de savoir où se trouvent les organismes solidaires lorsque nous partons en voyage. Afin de faciliter les recherches des touristes désireux d’apporter une aide locale à Bali, la présidente a recensé les associations pour lesquelles elle s’est assurée du bien-fondé des actions menées.

Le principe est que le voyageur glisse dans ses bagages des biens utiles pour les populations locales (vêtements, matériel scolaire, livres en anglais, produits d’hygiène…) pour les remettre à l’organisme de son choix, proche de son hébergement sur place.  Pour chaque organisation, une liste de ce qui est vraiment utile est mise à disposition.

« Sur un vol Low Cost pour Bali, un bagage en soute c’est en moyenne 23 kg. Il y a toujours quelques kilos en trop que l’on peut allouer à cette action utile. » souligne la Présidente.

Sur place, le donateur fait connaissance des bénévoles de la structure, échange avec les enfants et établit des liens avec la population locale. 

Le concept en vidéo 

L’avenir de Chara France

Christine Mazaud aimerait étendre l’initiative à d’autres pays du globe. Pour cela, elle compte sur le collaboratif et la solidarité des voyageurs pour faire grandir cette base de données.

« Je fais intervenir des gens qui ont du cœur. On n’est pas dans l’égo ; je veux qu’on soit dans le participatif non égotique. Si on a un moyen d’action, on le fait. Je ne vais pas privilégier une association plus qu’une autre. » précise-t-elle.

Vous pouvez suivre Chara France sur Facebook ou vous rendre sur le site pour plus d’informations.

Propos recueillis par Eva Mazur (www.evamazur.com)