Etika Mondo : le village écologique du futur

Le village « Etika Mondo » a pour vocation d’accompagner la société moderne vers la société de l’écologie, nous confie Boris, le fondateur de cet écolieu. Avec sa femme et ses enfants, cette famille vit désormais quotidiennement au cœur de ce lieu naturel. Rencontre avec Boris. 

 

Peux-tu présenter ton parcours en quelques mots ?

Très tôt, j’ai été touché par deux phénomènes dans notre société moderne : la pollution et la misère. J’étais dans une forme de rejet du monde matériel, du monde de l’entreprise et de l’argent. Après mon baccalauréat, j’étais perdu. J’ai commencé à m’intéresser à la nature à 19 ans et suis partis à la montagne à 22 ans. Je suis arrivé dans une ferme d’animation : la révélation. Tout en étant animateur de colonies de vacances, je découvrais le rapport que l’on pouvait entretenir avec la nature. De là, j’ai fait des études en agronomie pour comprendre l’agriculture et ensuite l’écologie. La nature m’a beaucoup apporté et m’a ouvert un nouveau chemin de vie.

Peux-tu mettre des mots sur ce que la nature t’a apporté ?

Un cadre de valeurs ! J’ai compris ô combien la nature est belle et que la vie y pullule. Si l’on prend soin de sa vie, on reçoit en abondance. La nature n’est pas forcément angélique mais elle est remplie de vie. Malheureusement l’être humain a diminué cette vie (preuve par la chute de la biodiversité).

Comment as-tu alors concrétisé ton envie de t’engager pour la nature ?

Lorsque j’ai pris conscience que la pollution et la misère continuaient malgré mon changement de vie, j’ai décidé de m’engager pour défendre la nature. Cherchant à développer des projets concrets et durables afin d’acquérir des notions en stratégie et en économie, c’est alors à 33 ans que j’ai décidé d’entrer dans une école de commerce pour suivre un MBA (Master in Business and Administration). Petit à petit, j’ai transformé ma colère contre les problèmes d’environnement en optimisme. Etika Mondo a pris forme grâce à ces deux sources d’inspiration : mon expérience en entreprise et mes connaissances sur la nature.

Comment est né concrètement Etika Mondo ?

A ses débuts, Etika Mondo représentait une carte du monde regroupant les différentes organisations éthiques (associations ou entreprises, éducation alternative, agriculture biologique…). Les gens commençaient à s’intéresser à ce mouvement.

Et par la suite, avec ma femme, nous avons acquis un domaine de 6 hectares dans les Cévennes entièrement à rénover pour en faire un exemple de civilisation : ce fut la conclusion d’un parcours de vie. La phrase de Gandhi qui trottait dans nos têtes « Sois le changement que tu veux voir dans le monde ! » a pris tout son sens.

Comment fonctionne votre village ? 

Etika Mondo est un écolieu, c’est-à-dire un « espace naturel et bâti restreint, dans lequel une famille, un groupe, fonctionne avec les écosystèmes locaux ». L’idée est d’être 100% autonome, de ne générer aucun déchet. Durant les stages immersifs d’une semaine proposés en été, les personnes apprennent à vivre en pleine nature avec un sac à dos, à cultiver un potager en permaculture ou à construire des projets de territoire. Notre objectif est d’accompagner la transition technologique en respectant l’équilibre de la nature.

Plus que des stages immersifs dans la nature, vous proposez du coaching ?

La connexion au vivant est intimement liée à la connexion à soi. Il est plus simple de se connecter déjà à la nature pour se connecter ensuite à notre nature profonde et d’acquérir des repères clairs (qui suis-je ? quel est mon rêve ? quelles sont mes compétences ?).Les personnes ressortent de nos stages plus enracinées dans leurs intentions de projets. Les stages lient donc à la fois des activités manuelles et intellectuelles. A l’avenir, notre village accueillera “L’Ecole d’Ecologie Appliquée” dans le but de former des experts de la conception et de l’installation d’écolieux.

Comment appliquer concrètement les connaissances intégrées durant les stages dans une vie quotidienne urbaine ? 

Nous voulons planter la “première graine” pour qu’ensuite les personnes ressortent en ayant pris conscience de l’importance de vivre en communion avec la nature et qu’ils se disent « Je comprends le pas de côté à faire ». Cette prise de conscience commence par des petits gestes, en s’inscrivant à une AMAP ou à la Ruche qui dit oui (des associations installées en ville et engagées pour le maintien d’une agriculture paysanne). Le fait que l’on vive déjà en famille dans cet écolieu prouve qu’il est possible de changer notre mode de vie radicalement tout en gardant un certain confort.

Un dernier message à partager ? 

Nous sommes face au changement, qu’on le veuille ou non. J’invite à être profondément optimiste et à être mature face à certains enjeux. Nous avons déjà tout pour réussir. Certes, nous sommes allés trop loin dans le développement des outils technologiques mais c’est le moment de les changer ! Nous sommes persuadés que le mode de vie que l’on prône aujourd’hui avec Etika Mondo est le modèle de civilisation de demain pour sauver notre éco-système.

Etika Mondo est situé dans Le Parc National des Cévennes, classé au Patrimoine Mondial de l’Unesco notamment en tant que Réserve Internationale de Ciel Etoilé.

 

 

Un grand merci à Boris et sa femme Emilie ! Et bravo pour leur engagement.

Retrouvez ici toutes les informations sur le village Etika Mondo et sur les stages . Vous pouvez les retrouver également sur Facebook : 

A lire aussi : Et si planter des fleurs sauvait les pollinisateurs : focus sur Grainette ! 

Vous aussi vous connaissez ou agissez pour une société plus durable ? Envoyez-nous vos idées et projets à etsionsouriait@loptimisme.com