Hugo Meunier, fondateur de « Merci Raymond » : remettre le vivant au cœur des villes

« Merci Raymond » est une start-up engagée, fondée par Hugo Meunier ! Sa mission ? Redonner une place au vivant dans la ville par des actions de revégétalisation des espaces urbains. Voici le parcours d’un entrepreneur à la main verte, amoureux du végétal et soucieux de l’avenir écologique de notre planète.

Hugo, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je suis co-fondateur de Merci Raymond, une startup qui s’occupe de reconnecter les citadins à la nature. Moi-même j’ai grandi à la campagne et je me suis rendu compte que j’avais ce besoin quotidien d’être entouré de plantes, de potagers, de fleurs, de biodiversité. Ressentant ce besoin, j’ai eu envie après des études de droit, de me lancer sur la création d’un collectif de jardiniers urbains pour mener des actions de revégétalisation.

Comment es-tu passé du droit à une startup qui met le végétal au cœur de sa mission ?

J’ai toujours considéré que le droit était une bonne formation intellectuelle d’un point de vue de la rigueur et de la justesse. En travaillant au Conseil National du Numérique, je me suis aperçu que cela faisait 20 ans que des innovations émergeaient dans ce secteur mais que la France était en retard sur la question environnementale. Il y a certes la révolution numérique mais il y a aussi la révolution environnementale.

L’idée d’entreprendre m’est venue au grès d’échanges et de rencontres qui ont réveillé en moi ce besoin d’être indépendant et libre.

Peux-tu nous parler de Merci Raymond. Quelle sont ses actions ?

Merci Raymond c’est un ensemble de créatifs qui s’engagent à redonner une place au vivant dans les villes. Nous essayons de stimuler ces envies de végétal et de mains vertes chez tous les acteurs de la ville (entreprises, bailleurs, mairies, architectes, habitants…).

Nos actions s’articulent autour de 3 axes :

  1. La revégétalisation et le design végétal : comment recréer des îlots de bien-être dans les villes de demain ? Le végétal a énormément de vertus, que ce soit à l’échelle de l’individu ou du collectif.  
  2. L’agriculture urbaine, de la graine à l’assiette, pour favoriser les circuits-courts. Nous intervenons dans la construction de fermes urbaines et péri-urbaines. Les habitants sont impliqués dans la création de potagers, par exemple. Nous expérimentons tous types de production même si on est partisan de la culture de « pleine terre » et de la permaculture. Nous avons également ouvert un restaurant (Le relais, Paris 11ème) pour faire vivre une expérience autour de l’alimentation. Un compteur kilométrique calcule la distance parcourue entre la récolte des produits et le plat sur la table.
  3. Le paysage : l’idée est de s’inscrire dans le cadre de projets immobiliers. Pour transformer la ville, on doit impliquer les habitants, les salariés, les commerces mais il faut aussi penser la ville à plus grande échelle, dès sa construction. Notre équipe de paysagistes travaillent sur ce volet de Merci Raymond.

Pourquoi Merci Raymond ?

En hommage à mon grand-père Raymond, agriculteur du sud-ouest de la France depuis plusieurs générations.

Quelles difficultés as-tu rencontrées dans ton parcours d’entrepreneur et comment les as-tu surmontées ?

Les premières sont difficultés sont financières. J’ai été étudiant pendant longtemps et j’ai dû accepter de continuer à manger des pâtes. J’avais la chance de ne pas avoir d’enfant. C’était la débrouille.

Ensuite, il faut trouver les bons associés pour un projet et se créer un réseau. Je ne suis pas parisien et il m’a fallu beaucoup d’énergie. C’est en rencontrant, en parlant, en échangeant qu’on avance.

Quand on se lance dans l’entreprenariat, il faut accepter d’être dans une situation inconfortable au début. C’est ce qui fait qu’on va se donner encore plus et être encore plus créatif.

Quelle est ta plus grande satisfaction en tant qu’entrepreneur ?

De sentir qu’on arrive à inspirer les gens et à mobiliser des personnes sur un projet. A l’époque, personne n’y croyait et maintenant tout le monde pense que c’est nécessaire.

Pour conclure, le message positif de Merci Raymond ?

Prenons part à la révolution verte dans nos vies. N’attendons pas, agissons !

Visiter le site de « Merci Raymond »

Suivre l’aventure sur les réseaux sociaux :

Découvrez les conseils de “Merci Raymond” sur le site loptimisme.pro pour nos plantes délaissées au bureau pendant le confinement.

D’autres parcours inspirants à découvrir?

Nous vous invitons à lire le portait de Vincent Avanzi, Chief Poetic Officer.

Partagez vos histoires inspirantes avec nous

Pour contacter la rédaction: etsionsouriait@loptimisme.com