Nous sommes allés à la rencontre de Julie Bach et d’Agathe Leopold, deux jeunes femmes pétillantes et dynamiques aux parcours atypiques. Elles ont développé le Club des Super Pouvoirs ainsi que des outils innovants, basés sur la psychologie positive, à destination des enfants.   

Julie et Agathe, pouvez-vous vous présenter en quelques mots et nous parler de l’équipe du Club des Super Pouvoirs ?

Julie : Nous avons toutes les deux vécu en Angleterre. Pour ma part, j’ai toujours travaillé dans le domaine du développement durable. J’ai fait du conseil en entreprise, monté des projets en collectivité, créé des outils de sensibilisation, avec pour finalité commune, d’accompagner les changements de comportements. Quand je suis partie en Angleterre, j’avais en tête de développer un service pour les parents et les enfants, axé sur le développement personnel. C’est à cette occasion que je me suis formée à la psychologie positive.

Agathe : J’ai travaillé en agence de marketing pendant 10 ans et je me suis longtemps intéressée à l’étude des comportements du consommateur. En Angleterre, j’ai découvert le « mindset anglosaxon » notamment dans le milieu scolaire. Avec deux enfants « atypiques », j’ai pu réaliser à quel point cette approche positive où l’on valorise les forces de chacun en fixant des objectifs  atteignables, permet à l’enfant d’être heureux et de se dépasser.

Julie : Nous avons également dans notre équipe deux garçons, Rémi, développeur informatique féru de développement personnel et Mister Loup, le Maître de notre univers artistique ! 

Comment est née l’idée du Club des Super Pouvoirs ?

Nous avons fait un constat en Angleterre. Les anglais sont plus avancés que nous sur les sujets du mindfulness (pleine conscience), de la méditation, de la psychologie positive. On se rend compte des bienfaits sur nous, adultes, alors il est naturel de vouloir le transmettre à nos enfants. Toutes les générations devraient avoir accès à ces outils. Le Club des Super Pouvoirs est né du désir de combiner développement durable et personnel.

En Angleterre, il y a cette culture éducative qui consiste à toujours vouloir voir le côté positif des choses. On ne parle pas de « points négatifs » mais de « points d’amélioration ». Le collectif est très encouragé.

Nous avons constitué petit à petit une communauté. Nous avons réellement lancé le projet en décembre 2018.

Quels sont les objectifs et les outils utilisés par le Club des Super Pouvoirs ?

Nous avons deux objectifs principaux :

– Booster l’optimisme, l’imaginaire et la confiance en soi des enfants

– Créer une communauté d’enfants engagés, épanouis et positifs

Avez-vous un exemple d’outil à nous partager ?

Le jeu des Super Pow : ce sont des badges qui donnent des défis que l’enfant va réaliser sur des thématiques de la psychologie positive telles que la gentillesse, la gratitude, le courage, la planète, l’autonomie, la bonne action. Cela permet à l’enfant de gagner en confiance petit à petit, de travailler ses forces et dépasser ses faiblesses. Une fois qu’il a rempli tous ses défis, il nous envoie une photo et nous le récompensons avec un petit cadeau. Nous créons tout un univers d’agent secret pour valoriser son parcours.

Concrétiser ce projet fait-il partie de vos rêves d’enfant ?

Julie : Plutôt qu’un rêve, j’avais cette envie très forte de créer et de partager. Je passais mes journées à rêver, imaginer, raconter des histoires. J’embarquais mes copines ou mon petit frère dans ces univers. On devenait soigneurs d’animaux, directeurs d’agence de voyage, espions ! On ne s’ennuyait jamais ! 

Agathe : J’ai toujours voulu que les gens autour de moi soient heureux, se sentent bien. Je voulais être une journaliste qui n’annonce que des choses positives et heureuses, je présentais donc ce journal en famille tous les soirs avant le dîner !

Quelles sont les choses les plus difficiles à surmonter dans l’élaboration du Club des Super Pouvoirs ?

Le plus difficile est de sensibiliser les gens à ce sujet car ils n’ont pas l’habitude d’entendre ce discours, il y a une maturation qui doit se faire. 

Quelle est votre définition du succès ?

Recevoir des lettres d’enfants qui nous diront que c’est chouette de découvrir ses super pouvoirs. Un petit garçon nous a envoyé un message la dernière fois : « Être bizarre est un défaut merveilleux. »

Une citation inspirante à partager ?

Un livre préféré ?

Les 4 accords Toltèques de Miguel Ruiz

Un TED Talk préféré ?

« Start with Why » de Simon Sinek.

Découvrez ici les outils du Club des Super Pouvoirs. Propos recueillis par Eva Mazur ( www.evamazur.com )

Vous aimerez aussi : 7 conseils pour encourager la créativité chez les enfants