Laurent Gounelle : ses plus grandes prises de conscience

Vous l’avez remarqué, Laurent Gounelle, cet expert en développement personnel et auteur de nombreux best-sellers, nous inspire beaucoup au quotidien. Son parcours l’a amené à comprendre quelle était sa mission et les secrets d’une vie réussie. Son dernier roman : “Je te promets la liberté”. Rencontre. 

 

Laurent Gounelle, vous avez choisi l’écriture pour partager vos messages. Pourquoi ce moyen d’expression ? 

Je suis un idéaliste, j’ai envie de contribuer à changer le monde, et l’écriture est pour moi un moyen qui me permet de toucher un grand nombre de personnes. Je ne suis pas né écrivain : c’est à 40 ans que j’ai pris la plume pour écrire des romans. Mais mon précédent métier, consultant en relations humaines, m’amenait à écrire énormément, essentiellement des rapports et des analyses psychologiques. C’était une écriture très exigeante, et la discipline que je m’imposais a fini par engendrer le plaisir : un jour, j’ai réalisé que j’aimais écrire. 

Quelle est pour vous la définition du bonheur ?

Le bonheur est un état, et comme tout état, cela fluctue. J’ai donc envie de changer la question en « Quelle est la définition d’une vie réussie ? ». Selon moi, ce serait une vie menée en accord avec ses valeurs et ses aspirations profondes. Cela présuppose de se connaître, de savoir qui l’on est et ce qui est important pour soi, et de savoir écouter son cœur. Ce n’est pas une chose facile, surtout à notre époque où de nombreux outils technologiques accaparent notre attention à l’extérieur de nous-même, au détriment de notre intériorité. Il faut donc réussir à se retrouver seul avec soi-même, ne serait-ce que quelques minutes par jour. Les personnes qui n’écoutent pas leur cœur risquent de se perdre dans des actions peu porteuses de sens en oubliant ce qui leur est essentiel.

 

Quelle est votre prise de conscience la plus marquante ?

Ma première grande prise de conscience a été de comprendre que j’étais en grande partie maître de ma vie. Jusqu’à la trentaine environ, je pensais que ce qui me déplaisait dans mon existence provenait de causes extérieures.

J’ai ensuite découvert que j’induisais beaucoup de ces choses-là, sans m’en rendre compte, notamment dans ma relation aux autres. 

Une autre prise de conscience importante pour moi a été de réaliser que j’étais relié aux autres. J’ai longtemps pensé pouvoir mener ma barque indépendamment des autres, être heureux seul dans mon coin. Et puis un jour, j’ai compris mon erreur : le bonheur individualiste n’existe pas. L’être humain est un être de liens et nous sommes heureux quand nous vivons pleinement ce qui nous relie aux autres. Le bonheur individualiste n’existe pas. L’être humain est un être de liens et nous sommes heureux quand nous vivons pleinement ce qui nous relie aux autres.

 

Cela m’a conduit à une autre prise de conscience :

C’est en se libérant de son égo que l’on se relie aux autres, à l’univers, à ce que les Amérindiens nomment « le grand Tout », et que l’on connait alors la joie. Cette prise de conscience a donné du sens à une expérience vécue à l’âge de 12 ans : je faisais de la guitare classique et un jour, mon professeur m’a demandé de jouer en groupe avec d’autres élèves, pour former un quatuor. J’avais choisi cet instrument précisément pour jouer seul et cette idée ne m’enchantait pas le moins du monde. Les premières fois où nous avons joué ensemble, j’essayais même d’occulter le son des autres instruments. Et puis, au bout d’un moment, j’ai fini par lâcher prise. Je n’entendais plus le son de ma guitare mais celui produit par l’ensemble des instruments. Et j’ai été profondément touché par cette musique plus belle que celle que je pouvais créer seul. C’est à cet instant que j’ai compris que s’effacer au profit de quelque chose de plus grand pouvait être magnifique. 

Qu’est-ce que l’optimisme pour vous ?

L’optimisme, c’est la foi en la vie. C’est être convaincu que les moments difficiles ont une fonction cachée dont le sens nous échappe pour l’instant mais qui, malgré les apparences, nous permettent d’avancer dans la bonne direction. Il ne s’agit donc pas d’ignorer les problèmes, mais de les résoudre en ayant en confiance en soi, dans les autres, et en l’avenir. 

Si vous aviez un message à faire passer à tout le monde ?

Ce qui me vient spontanément à l’esprit, même si je n’appartiens à aucune religion, c’est le précepte de Jésus : « Aimez-vous les uns les autres » !

Je trouve que c’est ce qu’il y a de plus beau. Pour moi, l’amour est la valeur suprême. Chacun de nous a des valeurs qui lui sont propres, mais une seule valeur surplombe toutes les autres : c’est l’amour. C’est vrai aussi en terme d’évolution personnelle : l’état d’amour est l’étape ultime de l’éveil de chacun d’entre nous.

Encore un grand merci Laurent Gounelle ! Pour le suivre, rendez-vous ici

À lire aussi : Laurent Gounelle, parcours d’une vie et Les précieux conseils de Laurent Gounelle.