Ce duo musical de variété française à la sonorité pop et folk nous emmène voyager à travers leur musique. Après avoir fait les premières parties de Claudio Capeo et des 3 Cafés Gourmands, la sortie de leur premier album est prévu le 21 juin prochain. On a hâte ! Rencontre avec Les Frangines, des artistes pleines de joie et d’optimisme.

Bonjour Anne et Jacinthe. Pourquoi avez-vous choisi le nom « Les Frangines » ? Etes-vous sœurs ?

Anne : Non pas du tout ! Nous sommes deux amies de longue date et finalement nous nous considérons comme des sœurs. Depuis toutes petites, nous sommes très complices et déjà à l’époque nous avions des passions en commun comme la peinture et l’écriture.

Comment est venue la musique dans vos parcours ?

Jacinthe : J’ai fait de la flûte pendant de très nombreuses années au conservatoire.

Anne : Nous avons appris la guitare naturellement sur Internet. Nous venons toutes les deux de parcours littéraires. Lors de notre Erasmus en Espagne, nous avons commencé à écrire et à composer des musiques.

Jacinthe : En parallèle de nos masters, nous avons partagé notre première musique Demain dès l’aube sur les réseaux sociaux, accompagnée du premier clip. Cette musique est pleine de sens pour nous, elle représente notre point de départ. Après nos études, nous avons travaillé à mi-temps et lorsque l’on a commencé une campagne de crowdfunding, la société de production Jo and Co nous a contactées : l’aventure a vraiment commencé à ce moment-là !

Que représente pour vous la musique ? Une thérapie ?

Oui effectivement, pour nous la musique est thérapeutique. Elle nous permet de sortir de nos zones de confort et elle nous donne confiance. Nous avons remarqué que la musique est un levier de rassemblement, des barrières s’effacent. On peut être très différent mais la musique rapproche très facilement.

Vos chansons sont empreintes d’une vraie douceur et donnent envie de voyager. Un message que vous voulez partager ?

Anne : Ensemble déjà, nous aimons voyager. Nous avons fait un voyage humanitaire en Roumanie, sur les routes de Saint Jacques de Compostelle, en Espagne… Les voyages nous apportent autant culturellement qu’humainement. Personnellement, j’aime beaucoup partir en randonnée, ce sont des moments où je recharge mes batteries.

Jacinthe : J’aime les défis sportifs (en vélo, à pieds,…) et j’adore surtout partir à l’inconnu. En voyage, on voit le monde différemment, on le voit avec un filtre bienveillant. On peut partir en voyage pour fuir mais aussi rapporter tout ce que l’on a appris. Et c’est ce que nous faisons. Notre message est de prouver que l’on peut apprendre à voyager autour de chez nous par les rencontres et les échanges.

« Apprendre à voyager autour de chez nous. »

Par vos chansons, on vous sent très optimistes également ?

Anne : Oui tout à fait ! Nous voulons transmettre de l’optimisme, de la joie et de l’espérance.

Jacinthe : Dans nos musiques, nous abordons aussi des sujets plus graves (Le cri d’Alep) pour leur apporter plus de douceur et d’espoir. Nous écrivons des chansons lorsque des événements ou des histoires nous touchent.

Qu’est-ce qui vous procure le plus de bonheur ?

Anne : Etre sur scène désormais représente un vrai bonheur. Les sensations ont évolué depuis nos toutes premières scènes. Aujourd’hui, nous avons moins d’appréhension et nous adorons de plus en plus rencontrer notre public. Voir les gens chanter nos musiques nous procure énormément de joie.

Avez-vous une citation qui vous touche ?

« L’art est un anti-destin. »  Malraux

Jacinthe : Quand tu fais de l’art, tu ne sais pas où tu vas. Je trouve qu’elle représente bien la vie d’un artiste.

Un message à partager ?

Jacinthe : De l’amour ! Beaucoup d’amour !

Merci Les Frangines pour ce beau moment d’échange. L’équipe de L’Optimisme vous souhaite que du positif pour votre carrière d’artistes ! La prochaine grande date : le 4 juillet 2019 au Café de la danse.

Pour les suivre :