Olivier Chambon : « Le vrai bonheur est intérieur »

Olivier Chambon, médecin psychiatre, nous fait le plaisir de partager en toute simplicité et avec beaucoup d’humilité, quelques conseils pour une vie plus consciente au quotidien. Auteur de plusieurs ouvrages de référence sur les psychothérapies intégratives et sur les états modifiés de conscience, il anime également des ateliers avec la psychologue Marie-Odile Riffard sur Lyon. Une rencontre inspirante avec un psychiatre pas comme les autres…

Bonjour Olivier. Pouvez-vous nous parler de vous en quelques mots ?

A la base, je suis médecin, spécialisé en psychiatrie et psychothérapeute. J’ai commencé un parcours « original » en créant il y a une vingtaine d’années un diplôme universitaire en psychothérapie intégrative pour regrouper les différentes approches et prendre ce qu’il y a de mieux dans les thérapies existantes.

Puis, je me suis intéressé aux thérapies qui modifient les états de conscience telles que l’EMDR ou l’hypnose. Sur mon chemin, je me suis ouvert au chamanisme, aux travaux sur les substances psychédéliques et aux différents moyens d’élargir la conscience comme le yoga, la méditation, le Qi Gong…

A l’origine, vous avez un parcours très scientifique…Y’a-t-il eu un élément déclencheur dans votre carrière qui a éveillé votre intérêt pour ces approches ?

Oui très scientifique puisque j’ai aussi fait des statistiques, un DEA d’études approfondies en neurosciences, et des diplômes en neuroanatomie, en neurophysiologie…J’ai travaillé sur l’évaluation d’instruments de mesure, sur les classifications en psychiatrie, les approches cognitivo-comportementales pour les patients psychotiques…

Mais le vrai déclencheur s’est produit lors d’une séance d’hypnose où j’ai ressenti une présence angélique et toute la journée elle était là, il y avait plein d’amour…J’ai ensuite lu beaucoup d’ouvrages et mon évolution s’est faite par des synchronicités qui sont là pour nous montrer que nous sommes sur le bon chemin et que l’évolution de l’homme n’est pas liée au hasard.

Vous parlez de « conscience », pouvez-vous nous en dire plus ?  

La Conscience (avec un grand « C ») est une intelligence évolutive, créative…Je me suis intéressé à l’aventure de la Conscience avant la naissance, pendant la vie et après la mort. La spiritualité et la philosophie permettent de mieux comprendre la Conscience. Mais la science la plus moderne aussi (physique quantique, astrophysique…). Tout est conscience. L’inconscient n’existe pas en soi : c’est juste du conscient dont on n’a pas pris conscience.  La journée, on ne voit pas les étoiles, ça ne veut pas dire qu’elles n’existent pas.

La Conscience n’arrête pas d’exister après la mort. Des contacts entre les vivants et les défunts perdurent…J’ai écrit avec Marie-Odile Riffard « La vie après la mort : pourquoi il faut y croire », un ouvrage dans lequel nous avons rassemblé 45 années d’études scientifiques et de témoignages sur le sujet.

Qu’est-ce qui limite notre conscience ?

On ne peut pas être conscient de tout en même temps. Il y a les filtres de notre Ego, de notre mental…On ne peut pas tout capter d’un coup. Notre conscience est comme momentanément voilée. Pour la dévoiler, il faut apprendre à porter son attention sur le parties d’elle habituellement masquées par l’ego grâce à une intention, ce qui permet d’avoir des intuitions.

Ce qui nous empêche de développer notre conscience c’est également toute la pression de la société du divertissement, des distractions… Notre attention est mise sur l’extérieur et c’est l’extérieur qui va dicter notre bien-être. 

Le vrai bonheur est intérieur, il vient de notre nature et de notre essence…Lorsqu’on se tourne vers l’intérieur, avec certaines méthodes on peut permettre à notre petite conscience de contacter d’autres niveaux, élargis, de conscience.

Est-ce que vous pourriez nous donner quelques conseils pour devenir plus conscient au quotidien ?  

  • Aller voir un bon prof de yoga, de Tai Chi, de Qi Gong ou de pilates. Faire une activité qui amène à prendre conscience de son corps, de ses sensations physiques, de sa respiration et le tout avec une certaine lenteur, une présence, dans quelque chose qui n’est pas dans l’excitation…
  • Écouter le CD de Christophe André qui initie au « Mindfulness » (« Méditer jour après jour ») pour apprendre à créer ce détachement pour ne pas s’identifier au contenu de la pensée.
  • Vivre en pleine conscience les petits gestes du quotidien tels que passer l’aspirateur, faire la vaisselle, être dans une file d’attente… Plutôt que de subir ces actions, on peut les vivre comme si c’était une œuvre d’art, un rituel sacré en y associant la respiration et la présence d’esprit. Un peu comme l’art du thé chez les japonais où chaque geste est harmonieux, ralenti et doux. Il faudrait faire l’amour à la vie, utiliser toutes les occasions de la vie en se disant : « voilà c’est là que je vis, c’est le présent et c’est uniquement là-maintenant que je peux m’épanouir » Même marcher dans la rue peut devenir un exercice de méditation.
  • Se programmer des moments de conscience. Avec juste 2 minutes de présence, on se sent réoxygéné, avec plus d’énergie…Plus on fait des choses courtes, plus le corps apprécie et il en redemande. Il faut faire des choses faisables, simples, des petites séquences…Celui qui sait diriger son attention sait maîtriser sa vie.

Vous vous êtes aussi intéressé au chamanisme…Qu’est-ce que c’est ?

C’est l’art de se mettre dans des états modifiés de conscience tels que l’on contacte des mondes autres, invisibles dans lesquels il existe vraiment des esprits. Les chamanes visitent ces esprits dans plusieurs mondes : celui du haut, celui du milieu et celui du bas. En bas et en haut, ce sont les esprits alliés ou compatissants. En revanche, dans le monde du milieu qui est celui des éléments (feu, terre, eau et air), les esprits sont taquins…Les chamanes apprennent à visiter ces mondes pour nous aider dans le monde matériel.

Et comment peut-on intégrer dans la psychiatrie occidentale une pratique chamanique ?

Ce n’est pas aisé. Il y a des méthodes qui facilitent cette intégration. Je me suis formé à la Fondation des études chamaniques (Foundation for Shamanic Studies) : recouvrement d’âme, extraction chamanique, travail avec la mort…Ces formations présentent le noyau central du chamanisme pour que les occidentaux puissent l’apprendre.

Il y a une thérapie très intéressante appelée « l’approche chamanique de la thérapie » (Liliane van der Velde) qui inclut les thérapies occidentales et les thérapies anciennes. C’est comme si l’on réalisait une alliance de deux matériaux qui deviennent plus solides à eux deux.

Je suis plus à l’aise avec la psychothérapie qui est ma culture. Par contre, on peut utiliser des états de conscience chamaniques pour intuitivement capter des informations lors des séances classiques de psychothérapie.

Vous dîtes que « l’amour nous dirige vers notre âme ».  Pouvez-vous développer cette idée ?

L’absence d’amour c’est un peu comme l’ombre : l’ombre n’existe pas par elle-même, la lumière est ontologiquement positive et le désamour est l’interruption momentanée de ce qui est la base. Ce qui est en toile de fond, c’est l’amour, c’est ce qui réunit, ce qui nous amène à coopérer…S’il n’y avait que de la compétition on serait mort depuis longtemps.

Au moment de catastrophes naturelles, c’est de l’entraide, de l’altruisme, de la compassion qui priment…Ce sont les qualités de la Conscience qui se déclinent à travers le prisme humain, animal ou végétal sous forme de tendresse, d’empathie, de solidarité, de générosité, de bonté…

Auriez-vous un message optimiste à faire passer à tous ceux qui sont en quête de sens et de conscience dans leur vie ?

Pour voir une chose, il faut ouvrir les yeux. Si on veut rencontrer une chose, il faut faire un pas vers elle. Quelqu’un qui émet une intention sincère sera entendu. Si on a vraiment l’intention d’être secouru, le champ de la Conscience va nous envoyer ses rayons. 

Pour retrouver les évènements, suivre l’actualité d’Olivier Chambon ou participer à l’un de ses ateliers, vous pouvez consulter son site : olivierchambon.com

Quelques-uns de ses ouvrages :

  • O.Chambon, « La médecine psychédélique », Les Arènes, 2009L. Huguelit, O. Chambon, « Le chamane et le psy », Mama Editions, 2010
  • O.Chambon, G. Blivet, « Expériences extraordinaires autour de la mort », Guy Trédaniel, 2012.
  • O.Chambon, « Psychothérapie et chamanisme », Editions Vega, 2012.
  • O.Chambon, M. Gablier, « Le bonheur est dans le corps », Editions Dervy, 2015.
  • L. Van der Velde, O. Chambon, « L’approche chamanique de la thérapie », Editions Vega, 2016.
  • O.Chambon, M.O. Riffard,  « La vie après la mort: pourquoi il faut y croire-Les preuves scientifiques », Editions Larousse, 2020.
  • O.Chambon, J. Morisson, « La révolution psychédélique-Une médecine de la Conscience », Guy Trédaniel, 2020

Propos recueillis par Eva Mazur.

Vous souhaitez lire d’autres portraits d’acteurs engagés dans le domaine de la santé? Nous vous invitons à lire l’interview de Laila, une infirmière au parcours extraordinaire.