Ombeline, blogueuse engagée, auteure et naturopathe

17

Cette semaine l’équipe de l’Optimisme est partie à la rencontre d’Ombeline, naturopahte engagée ! On vous raconte ce dont il s’agit.

Ombeline, peux-tu te présenter en quelques mots ?
Je suis slasher, ou « couteau suisse » si vous préférez. J’ai 2 passions : la santé et la consommation responsable, j’en ai fait mon métier ou plutôt mes métiers ! Au quotidien, je suis naturopathe, j’interviens principalement en entreprise pour éveiller à la santé par l’assiette.

Naturopathe : tu peux nous dire en quoi cela consiste ?
La naturopathie est une médecine de terrain, dite « préventive », qui s’utilise en
complémentarité de l’allopathie. Pour mieux comprendre, je dirais que l’on va chez
le médecin pour soigner les symptômes d’un rhume, et chez un naturopathe, pour
en comprendre l’origine et surtout, apprendre à s’en prémunir.
En ce qui me concerne, je mets particulièrement l’accent sur la bromatologie, la
science des aliments. Si la base physiologique est la même pour tout le monde,
l’alimentation doit être tout à fait individualisée. Vous conviendrez qu’un adolescent
n’a pas les mêmes besoins qu’une femme enceinte, ou qu’un homme s’échinant
toute la journée en extérieur !
Une fois le réglage alimentaire établi, je fais appel à l’oligothérapie, la
gemmothérapie, la phytothérapie ou encore les fleurs de Bach… Le naturopathe a
de nombreuses techniques à sa portée pour accompagner un patient.

Tu parle souvent de consom’action, de quoi s’agit-il ?
La consom’action, c’est le fait d’utiliser son pouvoir d’achat à bon escient, pour
valoriser les produits ou services dont on partage les valeurs. Au-delà du rapport
qualité/prix, on s’interroge sur la provenance, sur l’éventuel traitement chimique ou
sur l’emballage du produit que l’on s’apprête à acheter. En choisissant de
consommer, ou en refusant d’ailleurs, on participe à l’essor d’un quotidien plus
sain, plus juste et plus vertueux. C’est simple : à chaque passage en caisse, on
vote !

Peux-tu nous parler de ton parcours ?
J’ai poussé dans le bon terreau. On m’a expliqué très jeune l’importance d’une alimentation saine et de qualité, on m’a appris les bons gestes pour être en pleine santé… Je n’ai jamais manqué l’école.
Plus tard, j’ai fait des études de communication, bien déterminée à révolutionner le monde du bio. J’ai commencé à m’intéresser aux étiquettes, sur mon blog « L’Arbre à Patates », je décryptais tout ce qui me tombait sous la main, je traquais et alertais sur le greenwashing. Je me suis aussi penchée sur l’intérêt d’une alimentation à dominante végétale.
J’ai fait la connaissance de Générations Cobayes, la joyeuse bande qui sensibilise aux dangers des perturbateurs endocriniens. Je me suis sentie investie d’une mission, j’ai écrit tous les textes de leur première campagne de communication « Protège tes Hormones ! » mais ce n’était pas ça… J’avais beau m’engager à droite à gauche, je ne me sentais toujours pas utile… Alors j’ai fait mon sac.
J’ai monté « En Pleine Ère », un projet de voyage écologique, et suis partie sillonner les routes, du Canada jusqu’à Salvador. Pendant un an, j’ai fait du troc de compétences, j’ai recensé et participé à des tas de projets respectueux de l’Homme et de l’environnement, j’ai beaucoup appris… Sur moi, en fin de compte. Je voulais me rendre jusqu’en Terre de Feu mais je n’avais pas prévu qu’en aidant les autres, c’est mon propre projet qui germerait dans un coin de ma tête…

Se lancer dans un projet comme celui-ci pour être alignée ne t’a t-il pas fait
peur ? Quels ont été tes doutes et tes motivations ?
Peur, non. Après des années à partir travailler sans réelle motivation, j’étais
enthousiaste à l’idée d’avoir enfin mis un mot sur ce qui me plaisait. La
naturopathie, c’est en fait le dénominateur commun de toutes les thématiques qui
me passionnent : la nutrithérapie, les plantes sous toutes leurs formes, sans oublier
les techniques manuelles auxquelles je me suis formée pour compléter mon
approche.
Le plus dur, c’est de faire connaître la profession. Quand je me présente, les
sourcils se lèvent souvent, on me demande régulièrement si mon travail inclut le
câlin aux arbres… Alors évidemment, pousser la porte des entreprises pour y
démontrer l’intérêt de la naturopathie, c’était culotté ! De prime abord, le lien entre
alimentation et santé n’est pas une évidence, pourtant tout le monde finit par
s’accorder sur le fait qu’après un repas trop copieux ou pris à la hâte, les esprits ne
sont plus aussi disponibles, créatifs et performants…

Tu as fondé NaturOh !, peux-tu nous en parler ?
NaturOh ! c’est la vitrine de ma mission. C’est le projet qui illustre ce pour quoi je suis ici : aider les gens.

Quelle est ta volonté avec ce site ?
Ca tient en une phrase : aider à devenir acteur de sa santé. Parce qu’une fois que l’on
est en bonne santé, ce qui passe par l’alimentation donc, on est en mesure de se préoccuper de ce qui nous entoure. Mon objectif, c’est d’encourager les gens à prendre soin d’eux pour qu’à leur tour, ils s’intéressent à l’environnement. De soi vers l’extérieur…

Les 3 premiers conseils pour mieux consommer ?
Le premier, sans l’ombre d’un doute : lire les étiquettes ! C’est le seul moyen de se
tenir éloigné de tous les parabènes, phtalates et autres perturbateurs endocriniens
qui allongent la liste des ingrédients. Alors oui, ce n’est pas toujours simple à
décrypter mais avec un peu d’entraînement, on finit par traquer les intrus sans trop
d’effort !
Le deuxième : privilégier les circuits courts ! Parce que l’on évite ainsi les
pesticides, que c’est aussi l’occasion de renouer avec toutes les saveurs des
produits de saison, tout en participant au développement de l’économie locale. Top,
non ?!
Le dernier : tendre vers le zéro déchets ! Notre société du tout-jetable a un impact
considérable sur la santé et sur l’environnement, l’omniprésence du plastique est
un fléau contre lequel chacun d’entre nous est en mesure de lutter. Ah, et préférer
le vrac, c’est aussi faire des économies certaines, pour ne rien gâcher !

Tu as écrit un livre, peux-tu nous raconter pourquoi ?
Parce que c’était plus productif que de pester toute seule dans mon coin… « J’achète moins, je vis mieux, c’est parti ! » est un guide que je destine à tous ceux qui aimeraient revoir leur consommation mais qui ne savent pas par où commencer. C’est un livre qui invite à utiliser son pouvoir d’achat à bon escient, pour retrouver la santé d’abord, et puis participer à l’essor d’un quotidien plus sain, plus juste et plus vertueux.

As-tu toujours cru que ce rêve était possible ?
C’était un rêve de gosse. J’ai toujours écrit, ici et là, sur un bout de carnet ou sur un blog… Mais je ne pensais pas qu’un tel projet se concrétiserait !

En quoi consiste ta vie aujourd’hui ?
Je suis conférencière pour encourager la consom’action auprès du grand public. Je cuisine aussi, pour initier les papilles néophytes aux saveurs végétales et… j’accompagne les initiatives positives, les projets qui-vont-dans-le-bon-sens, en qualité de chargée de communication, mon premier métier. Je consulte, j’anime des ateliers en entreprise, je réfléchis à de nouvelles recettes… Je me demande comment gagner en visibilité, comment rayonner davantage ? J’explore des pistes différentes, comme intervenir dans les écoles et les lycées par exemple, pour diversifier mon activité… Ce n’est pas toujours couronné de succès mais j’essaie !

Quelles ont été les choses les plus difficiles à surmonter pour en arriver là ?
La patience. Quand on ne rentre dans aucune case, il faut bien créer la sienne.

Qu’aimes-tu dans ce que tu fais au quotidien ?
J’aime le fait d’être libre. Le quotidien d’entrepreneur n’est pas sans embûche, loin de là, mais je suis heureuse de pouvoir travailler en harmonie avec mes valeurs et convictions.

Es-tu naturellement pessimiste ou optimiste ?
Je râle encore, mais je me soigne.

Quelle est ta définition d’une vie réussie ? 
Je crois qu’une vie est réussie lorsque l’on trouve sa place, lorsque l’on vit parfaitement aligné avec ce que l’on ressent au plus profond de nous. La vie se charge ensuite de nous porter…

Une citation préférée ?


C’est une invitation à changer de lunettes ! Comment espérer un changement si l’on aborde toujours les choses de la même façon ?

Un livre à conseiller ?
« Les sept plumes de l’aigle » d’Henri Gougaud, ex aequo avec « Femmes qui courent avec les loups» de Clarissa Pinkola Estés.

Un TED TALK à conseiller ? 
My stroke of insight, de Jill Boite Taylor. Tout à fait inspirant !

Et dans la vie qui t’inspire ?
J’aime beaucoup Arouna Lipschitz. C’est une philosophe dont les enseignements trouvent toujours écho avec les situations que je traverse.

Découvrez le blog d’Ombeline : Narturoh

Ombeline est aussi sur Facebook, Twitter et Instagram

Son livre : j’achète moins, je vis mieux, c’est parti !