Antoine Brachet : et si on créait un ministère des futurs ?

7171

Un ministère du futur…?
Catherine est partie à la rencontre d’Antoine Brachet, l’un des porte-paroles de l’initiative.

Antoine, peux-tu te présenter en quelques mots ?

J’ai pour habitude de dire que je suis un ex-bon élève qui a pris la permission de suivre ses rêves. Aujourd’hui, j’ai deux vies. Dans la première je travaille chez un éditeur de logiciels sur la création de technologies permettant d’ouvrir à tous des fenêtres sur le monde, dans la deuxième, j’essaie de contribuer à ma façon à la création du monde de demain.

Je suis curieux de la marche du monde : il y a quelques années, j’ai fondé un think-tank prospectif, puis un mouvement citoyen, les « 100 barbares ».

Peux-tu nous dire quelques mots à propos des 100 barbares ?

L’idée a germé suite à la publication du classement Choiseul dont l’objectif est de recenser les 100 leaders économiques de demain : des « fils de », des énarques, des conseillers de cabinets ministériels, presque aucun entrepreneur, aucun chercheur, aucun artiste. A sa parution en 2013, je me suis demandé : « autour de moi, qui change les choses ? ». J’ai proposé à mon entourage de faire de même et de « dénoncer » ceux dont on ne parle pas mais qui agissent. De rencontres en rencontres, de dénonciations en dénonciations, un groupe de « 100 barbares » s’est créé, un manifeste a été rédigé.

L’idée a plu et la presse a commencé à en parler. Aujourd’hui les 100 barbares c’est un mouvement atypique, il n’a aucun format, aucune monétisation. Notre mission est d’inciter ceux qui veulent changer les choses à prendre la permission de le faire ! Innover, c’est sortir de sa zone de confort et ce n’est jamais simple. Les 100 barbares sont là pour « activer les gens » et permettre l’éclosion de projets (ndlr : l’Optimisme fait partie de ce mouvement ! ). 

Raconte-nous qui est Julien Letailleur, personnage virtuel que tu proposes à la tête du ministère du futur ?

Depuis quelques années, j’écris un roman dont le héros s’appelle Julien Letailleur. Lors d’un week-end organisé par les 100 barbares (lors desquels nous échangeons pour avancer sur nos projets), nous avons eu une idée. Et si on sortait Julien du roman ? On s’est alors demandé ce qu’il pourrait faire. « Et si on proposait d’avoir un président virtuel sans égo ? On pourrait présenter Julien à la présidentielle ! ». Nous avons lancé un sondage dans le quotidien 20 minutes, 57% de jeunes étaient prêts à voter pour lui !

Mais cela signifiait entrer dans le jeu des 500 signatures ce qui n’était pas vraiment notre objectif.

Nous avons donc décidé de proposer Julien à la fonction de ministre des futurs quelque soit le vainqueur de l’élection présidentielle, pour autant qu’il partage les valeurs de notre manifeste.  Le but est simple : ne pas se positionner en frontal aux politiques mais proposer une initiative constructive !

Quel est le rôle d’un ministre des futurs ?

Il adresse les thématiques dont il faut s’emparer dès aujourd’hui pour ne pas être dépassé demain ! Les débats générés par la présidentielle ne sont pas à la hauteur des enjeux du monde qui se transforme sous nos yeux… Il faut rendre les thématiques d’avenir accessibles et permettre qu’elles soient débattues avec les citoyens !

Nous avons réalisé un sondage facebook auquel tout le monde a pu répondre et 5 enjeux ont été identifiés.

  • – Futur de l’éducation : quelle éducation donner aux enfants pour qu’ils puissent rester libres de leurs choix et acteurs dans un monde qui sera de plus en plus dominé par les ordinateurs ?
  • – Futur du travail : demain le travail ne représentera plus prioritairement ce qui définit notre rôle dans la société. Qui sommes-nous si on ne se définit plus par le travail ?
  • – Futur de la nation : comment créer et conserver du lien social aujourd’hui ? Le monde met en place de nouvelles règles du jeu, comment produire du bien commun ?
  • – Futur de la Terre : comment créer les conditions permettant à l’écosystème Terre de survivre
  • – Futur de l’homme : quel humain en 2030 ? Qui voulons-nous être ?

Comment travaillez-vous sur ces thématiques ?

L’objectif est que Julien soit une mosaïque à l’image de tous ceux qui participent au projet. Nous prônons la permission : nous invitons tout le monde à participer, à être acteur et force de proposition.

Pour être le plus ouverts possible, nous avons organisé des meet-up et événements Facebook. Le dernier portait sur le futur du travail. Tout le monde échangeait collectivement pour définir ce que pourrait être le travail de demain.

 

Pour terminer : les fameuses questions que nous posons à tous nos interviewés

Ton livre préféré ?

Au bonheur des Ogres de Daniel Pennac.

La personne qui t’inspire le plus ?

N’importe quel enfant qui pose un regard émerveillé sur le monde.

Ta citation préférée ?

Un TED à recommander ?

How to start a movement, Derek Sivers. Vous pouvez le voir dans la chaine Youtube de l’optimisme (pensez à nous suivre! nous y recençons toutes les vidéos inspirantes !)