Pour être heureux, il faut avoir souffert

Dans une interview riche, Boris Cyrulnik revient sur les grands paradoxes de la nature humaine et l’indissociable couple bonheur-malheur.

« C’est dans la résistance au malheur que les humains s’associent, se protègent les uns les autres, construisent des abris, découvrent le feu, luttent contre les animaux sauvages…et connaissent finalement le bonheur d’avoir triomphé de leurs peurs. »

Une interview à retrouver sur le site CLES : Pour être heureux, il faut avoir souffert

 

PARTAGER