Vous le connaissez sûrement : Lenni-Kim a participé à « Danse avec les stars » et à « The Voice Kids ». A 17 ans, il est aujourd’hui en tournée avec son premier album « Les autres ». Dans une interview accordée à l’Optimisme, il nous parle de ses rêves et de ses passions.

Aujourd’hui, tu es en pleine tournée, faire de la musique était-il ton rêve d’enfant ?

Je ne me suis jamais dit « je veux devenir chanteur » mais c’est ce que j’ai toujours fait. Ma mère a des vidéos de moi, enfant, dans lesquelles je monte sur la table de la cuisine avec ma cuillère dans les mains en faisant semblant de performer sur scène. Je pense que quelque part, à l’intérieur de moi, j’ai toujours eu ce rêve.

Il faut dire que tu as grandi dans une famille artistique…

Effectivement, le milieu cinématographique est mon univers. Mon père est concepteur visuel au cinéma et ma mère a son propre studio de photo. Très tôt, j’ai été devant les caméras (je posais quand elle avait besoin de modèle) et je suivais mes parents sur les plateaux de tournage. Vers l’âge de 10 ou 11 ans j’ai découvert ma passion pour la musique : j’ai demandé à ma mère de m’inscrire dans une école de chant. Dès les premiers cours, je me suis dit « c’est vraiment ça que je veux faire plus tard ». 

Ta famille t’a-t-elle tout de suite soutenu ?

Oui ! Ils m’ont toujours soutenu dans tout ce que je voulais faire. J’ai eu la chance d’être élevé dans une famille dont la devise est « quand on fait quelque chose il faut le faire à 100% ». Je sais que la vie est courte. Le temps passe tellement vite que j’essaye de ne jamais faire les choses à moitié. 

Si tu es sûr que c’est ce que tu veux faire ; vas-y mais à fond !

C’est toujours ma manière de penser, chaque jour je me donne à fond dans tout ce que j’entreprends. 

Quelle est ta définition de l’optimisme ?

Toujours voir les choses du coté positif, toujours remercier la vie et les gens pour ce qu’on a. 

Il est tellement important de vivre dans la gratitude ! 

La vie c’est une question de perception. Par exemple, tu peux te plaindre de toujours manger la même chose ou alors te réjouir d’avoir de la nourriture. Il y en a qui n’ont pas cette chance.

Quand tu changes ta perception, tout devient plus positif : cela contribue à ton bonheur personnel et ça te fait du bien au moral. J’essaye de diffuser cette façon de penser et de l’utiliser dans ma vie de tous les jours. 

Tu es un optimiste, mais t’arrive-t-il d‘avoir des moments de doute et de remise en question ? 

Bien sûr ! Je n’en suis qu’au début, j’ai l’envie de faire beaucoup de choses dans la vie. Je réalise aujourd’hui beaucoup de rêves mais j’en ai encore plein la tête. Le doute est normal quand quelque chose te tient à cœur.

Peut-être que j’ai l’air d’avoir confiance en moi mais je doute aussi beaucoup. Je me remets beaucoup en question. Je veux toujours donner le meilleur de moi-même pour mon public et forcément la remise en question arrive avec ça. 

Est-ce que je suis assez-bon ? Est-ce que je suis la bonne personne pour faire ce métier-là ? 

Le doute c’est un défi qui te permet de prouver à toi-même que tu peux le faire.

Tu arrives à concilier études et carrière ?

Je viens d’avoir mon diplôme de mon secondaire 5. Il ne s’agit pas du tout du même système scolaire au Canada, c’est l’équivalent du BAC. Ce diplôme qui nous permet d’aller à l’université. Au cas où plus tard j’ai envie d’autres choses, j’ai mon diplôme. 

Pour toi quelle est la définition du succès, d’une vie réussie ? 

Je reviens encore une fois à mes parents, parce que dans la vie il y a beaucoup de chose qui dépendent de ton éducation aussi et de comment tu vas voir les choses plus tard. 

Je suis hyper reconnaissant envers mes parents parce que, très tôt, ils m’ont donné les outils dont j’avais besoin pour m’épanouir. Ca n’a jamais été une question d’argent ou de choses superficielles, ni même de carrière. 

Pour moi le succès c’est quelque chose que l’on a l’intérieur. Dès que tu es heureux, que tu es aligné avec toi-même « you are successful ».

Le but principal dans la vie c’est d’être heureux et j’ai la chance de pouvoir dire que je le suis déjà à 17 ans. Je sais qu’il y a beaucoup d’adultes qui cherchent encore le bonheur. 

Je le vois : il y en a beaucoup des gens qui ont du succès selon la définition la plus connue ; ils gagnent beaucoup d’argent, ils ont des postes haut placés, ou sont très connus. Pourtant ils sont tellement malheureux à l’intérieur d’eux. 

Qui sont les personnes qui t’inspirent le plus ? 

Mes parents m’ont toujours beaucoup inspiré parce que je les ai toujours vu heureux dans ce qu’ils font. Mes amis également ainsi que mon manager. Disons, mon entourage en général. 

Et parmi les artistes : une chanson préférée ?

Ces temps-ci c’est très simple j’écoute « Djadja » d’Aya Nakamura ainsi que la nouvelle chanson de Michael Bublé « I only have eyes for you » et forcément en ces temps de fêtes, « All i want for christmas is you », qui pour moi est une des meilleures chansons qui existent !

Une citation préférée qui te guide au quotidien ? 

« Ride or Die ». Je suis quelqu’un de très intense : mais je ne le prends pas au pied de la lettre, rassurez-vous ! En français cela veut dire « vas-y à fond ou crève ». Je vous le disais : me donner à 100% dans tout ce que j’entreprends. Je suis convaincu que c’est chacun qui décide de son futur, alors si tu attends que les bonnes choses te tombent dessus, tu vas attendre toute ta vie. Si tu veux un truc, fonce, vas-y, ose ! 

Il y a une citation qui prendra sûrement du sens quand je vais vieillir : « Good things come to the people that wait » : tout vient à point à qui sait attendre. Je l’ai toujours trouvé ridicule parce que je ne l’ai jamais comprise et je fais tout l’inverse. Oui, il faut attendre dans la vie mais tout dépend de toi-même : tu es le moteur de ce qu’il t’arrive ! 

Pour suivre Lenin-Kim rendez-vous sur :   

Alors, bluffé par la maturité de Lenni Kim du haut de ses 17 ans ? Vous pouvez écouter son dernier single « still waiting for you » disponible en streaming et sur Youtube !

Vous avez aimé notre article ? Partagez-nous vos retours sur nos réseaux sociaux ou via etsionsouriait@loptimisme.com