Naissance de l’optimisme : un site positif

Catherine Testa, co-fondatrice de l’Optimisme nous explique pourquoi et comment ce site positif a été créé.

D’une crise à une autre

En 2005, je débute ma carrière dans un domaine dont on parle encore peu à l’époque : celui du développement durable. Surpasser la crise écologique qui nous guette me semble l’un des plus grands défis du 21ème siècle.

A l’époque, la thématique n’est nullement “bobo”, encore moins “à la mode”. On rit de mon choix. Je passe pourtant une dizaine d’années passionnantes à travailler auprès des plus grandes entreprises de New York à Pékin. Rapidement un nouveau domaine attise ma curiosité, le digital. Il bouleverse nos comportements et peut apporter le pire comme le meilleur. Je me passionne pour le sujet.

En parallèle depuis l’étranger une autre crise française attire mon attention. Une crise dont on ne parle pas vraiment. Une “fausse” crise pour certains. La crise morale. Il faut dire que celle-ci est difficilement mesurable, elle est ainsi souvent laissée pour compte. Et pourtant…

Site positif

Et moi ? Que puis-je faire dans tout ça ?

J’ai la chance de rencontrer au quotidien des personnalités extraordinaires qui agissent et pourtant personne n’en parle. L’idée d’un site positif naît dans ma tête.

Je ne suis ni journaliste, je n’ai jamais travaillé au sein d’un média et je ne me pense pas entrepreneuse dans l’âme. Pourtant une intuition me pousse à créer un site. Je démissionne à la surprise de tous.

Pour surpasser les grands défis (écologique, digital, social, etc), il me semble plus que nécessaire de s’intéresser à l’optimisme et au bonheur sociétal.

Ces mots vous font sourire ? Pas étonnant. En France nous n’avons pas l’habitude de les prendre au sérieux pourtant l’optimisme est le moteur de l’action, la condition sine qua non à l’innovation et à la construction de la société de demain.

L’optimisme : une force motrice 

« Les optimistes sont des naïfs. Ils voient la vie avec des lunettes roses et ne se rendent pas compte de la réalité ! Ou alors, ils ont été plus gâtés à la loterie de la vie ». Vraiment ? Ne serait-il pas temps de sortir de cette croyance ?

Pensez-vous réellement que les entrepreneurs n’aont pas conscience qu’il est possible de se planter ? Pensez-vous que ceux qui créent une association ne sont pas conscient du monde qui les entourent ? Pensez-vous que les sportifs n’ont pas conscience qu’ils peuvent perdre ? Et pourtant, tous sont optimisme. Et l’optimisme se travaille.

L’optimisme est une posture mentale qui vise à se concentrer sur les actions réalisables au lieu de se focaliser sur les faits négatifs. Cet état n’est pas naturel pour tout le monde d’autant que la surabondance de dépêches négatives oriente subrepticement notre état mental vers le pessimisme.

Bien sûr, il ne s’agit pas de nier la réalité qui nous entoure, le monde ne va hélas pas très bien. Des dizaines de médias ont choisi de se concentrer sur ce qui ne va pas, nous avons décidé de compléter en mettant en avant ceux qui va et en remettant en avant l’essentiel.

En s’intéressant à la crise morale qui nous inhibe, ne soignerait-on pas les autres crises ? Explorons cette piste, elle est sans risque.

Il y a des écologistes, des altermondialistes, des féministes, des anarchistes, pourquoi pas des optimistes ?

Merci de nous lire,

Catherine

Suivre Catherine Testa sur les différents réseaux sociaux :