Des supermarchés 100% adaptés aux clients autistes !

Certains supermarchés en France décident de s’adapter aux besoins de leurs clients autistes. L’initiative nous a plu. Nous avons interrogé quelques acteurs, au cœur de la démarche, pour en savoir davantage. Tour d’horizon.

Un « magasin adapté » aux besoins des clients autistes et handicapés

Chaque mardi, à Thourotte (dans l’Oise), pendant deux heures, le Super U réduit ses lumières et coupe les annonces au micro. Le but ? Changer l’atmosphère du magasin pour que les clients autistes puissent faire leurs courses avec le moins de stress possible. Des bénévoles accueillent les clients et sensibilisent le public sur le handicap.

David Teixeira, Président de l’association l’Éclosion Bleue a mis en place une formation pour le personnel volontaire afin d’accompagner le supermarché dans sa démarche. Il nous explique les symptômes de l’autisme. L’hypersensibilité des personnes atteintes d’autisme peut leur faire vivre un véritable calvaire quand ils font leurs courses.

Dans un climat sonore plus serein, les nuisances sonores sont limitées et les clients peuvent circuler sereinement dans les allées.  

Une démarche inclusive et bienveillante

Cette initiative est bien connue d’autres pays comme l’Angleterre ou l’Australie où certaines chaînes de supermarchés ont instauré un « quiet time » depuis plusieurs années.

Le Directeur du Super U de Thourotte, Monsieur David Blaise nous explique : « Lorsque David Teixeira m’a parlé de ce projet, j’ai tout de suite adhéré parce qu’on parle d’inclusion. Il s’agit d’inclure des personnes d’horizons différents, en faisant attention à elles. D’une façon générale, les gens ont peur de ce qu’ils ne connaissent pas. Ils sont parfois gênés face au handicap. Cette aventure permet de faire connaître l’autisme et de le faire accepter plus facilement. »

Depuis, grâce à la communication et aux réseaux sociaux, d’autres magasins en France ont repris la démarche.

Une initiative accueillie très positivement par les clients

Si les clients sont d’abord surpris par le calme qui règne tous les mardis après-midi au magasin, cette ambiance apaisée semble plaire à tout le monde. Le Directeur constate : « On s’aperçoit que les attitudes changent radicalement lorsqu’on éteint la musique. Les clients remplissent leur caddie et déposent leurs articles délicatement, sans faire de bruit. »

D’autres mesures ont été prise par le magasin comme l’achat de caddies qui s’adaptent aux fauteuils roulants ou bien encore l’acquisition de perches pour permettre aux clients, assis dans des fauteuils roulants, d’atteindre les articles en hauteur.

Pour Céline Fontaine, son fils de 5 ans, atteint d’autisme bénéficie grandement du dispositif : « L’attitude de mon enfant change radicalement. Il est métamorphosé. Il est capable de faire les courses en étant très détendu. » témoigne cette mère de famille. Elle souligne : « Cela devrait se faire dans tous les magasins. Il faut faire changer les mentalités. Avoir un enfant en situation de handicap, ce n’est pas un drame en soi mais c’est la société qui rend les choses difficiles. »

Zoom sur l’Éclosion Bleue : une association pour bâtir le champ des possibles

A l’origine de l’Éclosion Bleue, une association basée à Compiègne, un constat fait par David Teixeira : seulement 20% d’enfants autistes sont scolarisés. Quand il découvre l’autisme de son fils, « une enclume lui tombe sur la tête. » 

Ce père de famille se bat aujourd’hui pour l’ouverture de structures éducatives dans la région et invite tous les parents motivés à se joindre à lui.

« J’ai vu la joie que l’école a apporté à mon fils. C’est grâce aux interactions sociales qu’il peut éclore. Chaque parent est guide de son enfant. Je souhaite dire aux familles qu’elles ne sont pas seules. Elles peuvent trouver de l’aide auprès d’associations locales. » précise le président de l’association.  

Une autre histoire inspirante sur le handicap ? Lisez l’interview de Roro le costaud !

Propos recueillis par Eva Mazur.