Vincent Avanzi : un poète des temps modernes

Cela fait longtemps que nous suivons Vincent Avanzi sur les réseaux sociaux. L’équipe est fan de ce poète qui a créé son propre métier : Chief Poetic Officer. Journaliste aux Echos, expert en storytelling, initiateur de « CoBuild20 : Coécrivons Demain » et aussi globe-trotter, Vincent a bien voulu nous en dire plus sur son parcours incroyable et son amour des mots. Rencontre.   

Vincent, tu es « Chief Poetic Officer », un titre très original. Pourrais-tu te présenter en quelques mots ? 

Lié au titre, je pense que ce qui me résume le mieux, c’est un jouet que je prends parfois avec moi sur scène qui est un chef indien avec une coiffe multicolore et un calumet de la paix. Il contient à la fois les plumes pour coécrire le monde de demain dans la biodiversité humaine et les sagesses ancestrales pour rallumer la flamme de notre humanité et harmoniser les différentes formes de vie.

Tu as une belle expression pour te définir ?

Une expression que j’aime bien utiliser pour me définir en tant qu’être humain est « homme de l’être ». Mon métier oscille entre la poésie (écrire des vers) et le poétique (vivre ses rêves). Il consiste aussi bien à utiliser le pouvoir des mots pour faire passer des messages alignés et apaisés qu’à inviter autrui à devenir une plus belle version de soi, à élever sa condition, son être, son âme et œuvrer pour le monde en tant qu’acteur ou rédacteur du changement d’un monde meilleur.

Quel a été ton parcours pour en arriver là et pour faire de la poésie ton métier ? 

Ma vie a été jusqu’à présent un long parcours initiatique dans lequel j’étais été envoyé par deux fois faire un tour du monde pour admirer notre si belle planète et notre profonde humanité. Ces deux voyages d’une année chacun ont changé ma trajectoire de vie, ma vision du monde. C’est là que j’ai découvert la définition de l’harmonie, quelque part en Asie. Depuis, j’essaie de mettre de l’harmonie dans tout ce que je fais, dis, pense, respire. C’est devenu ma mission de vie : contribuer à créer un monde d’harmonie, harmonie avec soi, avec les autres, avec la nature, dans les organisations, dans les religions. Toute ma vie gravite autour de ce mot !

A quand remonte ton amour de la poésie ? 

J’ai une passion pour la poésie depuis ma tendre enfance. L’utopie, la poésie et l’harmonie sont intimement liés quand on y pense. J’ai commencé à trouver ma voie poétique durant mon premier tour du monde, en commençant à retranscrire tout ce que je vivais en poésie. Et en termes de formation, je suis diplômé de l’ESCP, j’ai ensuite travaillé pendant cinq ans chez Microsoft avant de devenir startupper. Après ce début de carrière, je suis reparti faire un deuxième tour du monde et c’est là que j’ai connecté tous les dons de mon profil pour en faire la synthèse : Chief Poetic Officer ou l’art de repoétiser la société, humaniser les entreprises, réenchanter le monde et dessiner l’avenir en mettant le cap sur l’harmonie.

Tu peux nous parler de ton deuxième tour du monde ? En quoi est-il particulier ?

J’avais intitulé ce voyage « Une Odyssée Humaine », le titre de mon blog.  Il était composé de 12 expériences humaines « Les 12 Travaux des Reculs » que je raconte dans un mini film: aller au Guatemala pour suivre des cours dans une université spirituelle, en Bolivie pour donner des cours de poésie à des enfants esclaves des mines, au Mexique pour enregistrer de la musique, aux iles Galapagos pour voir la Théorie de Darwin de l’évolution des espèces, faire un safari en Tanzanie pour voir l’harmonie de la nature, escalader le Kilimandjaro pour tester mes limites, ou encore aux Philippines pour construire des villages, etc. J’avais terminé en Afrique du Sud sur les traces de Mandela en guise d’inspiration des icônes de l’Histoire.

Qu’as-tu appris au cours de ce voyage ?

Ce voyage m’a notamment permis de comprendre qu’il était essentiel de se changer soi « avant » de changer le monde, comme le dit si bien la citation de Rumi, un poète perse : « Hier, j’étais intelligent et je voulais changer le monde. Aujourd’hui, je suis sage et je me change moi-même. » Il m’a aussi permis de trouver ma voie, ce que j’appelle mon « Point Génial », pour trouver sa juste place dans le monde avec son cadeau à offrir pour à la fois se réaliser personnellement et contribuer au monde qui nous entoure.

En tant que « Chief Poetic Officer », comment définirais-tu ce qu’est un poète aujourd’hui ?

J’ai une phrase qui est devenue ma maxime : la poésie sauvera le monde et nous sommes tous des poètes ! Au-delà de savoir ce qu’est un poète, la question est surtout : comment faire ressortir le côté poétique qu’on a tous en nous ? Et comment toucher le cœur des gens avec ce langage universel que sont les vers poétiques ?

Vivre en poète c’est cultiver l’arbre des possibles et cultiver son jardin (pour faire référence à Candide). J’aime utiliser cette métaphore : dans l’arbre des possibles, on a tous une branche de l’être, c’est notre part de colibri sur la fontaine de conscience que l’on arrose à l’eau de la vie.

Alors pour toi nous sommes tous poètes ?

Tout le monde a une âme de poète.sse ! On croit que c’est avoir un côté fleur bleue, être naïf…Un peu comme avec la gentillesse. Or, la gentillesse est une des plus belles vertus humaines.

La poésie est accessible à tous, très démocratisable. Cela ne prend qu’un crayon, une tête et un cœur pour écrire. J’aime aussi cette citation de Mao « c’est sur une feuille blanche que l’on écrit le plus beau des poèmes », telle une invitation poétique, à écrire pour se décrire ou pour faire advenir l’avenir. Essayez, vous verrez,cela nous connecte immédiatement à l’idéal, à l’espoir, à l’optimisme. La poésie est un élan d’optimisme vers l’avenir !

Tu dis qu’il faut réenchanter le monde avec la poésie. Selon toi, comment la poésie y contribue-t-elle ?

La poésie a plusieurs vertus. Premièrement, elle sert à libérer la parole. Avec la poésie, tu ne triches pas, tu te connectes à l’essence de qui nous rend humain. Quelles que soient les origines, les pensées, les religions, elle part du cœur et touche le cœur de tous. Elle est libératrice et élévatrice.

Ensuite, elle permet de sublimer sa réalité ou la réalité pour aller dans des contrées plus rêvées, plus idéales, plus harmonieuses, plus heureuses.  Charlie Chaplin disait que la poésie est une lettre d’amour adressée au monde. Je pense qu’elle nous permet de gouter au merveilleux.

C’est également une manière de tisser des liens entre nous humains et de s’évader pour se retrouver. On l’a vu pendant le confinement : les gens avaient besoin de « sortir » de chez eux et de retrouver dans un horizon commun.

Tu es aussi l’auteur d’un livre intitulé « Trouver son point Génial » (éditions Marabout). Aurais-tu un exercice d’écriture à nous conseiller pour nous aider à trouver notre « point génial » ?

Au début de ce livre, je propose aux lecteurs de trouver le mot-clé de leur vie ! Il s’agit d’un mot qui vous définit en tant qu’être humain, c’est votre singularité, votre raison d’être, votre essence. S’il y avait un mot pour exprimer ce que vous êtes, quel serait ce mot ? Choisissez le mot avec lequel vous aimeriez changer le monde. Cela peut être une qualité, une passion, une vertu, ce qui vous rend unique, votre cadeau à offrir au monde…Une fois que vous avez trouvé votre « mot-cadeau », écrivez un poème en quelques vers et pensez à l’incarner quotidiennement et à essayer de changer le monde avec.

As-tu un message que tu aimerais transmettre aux lecteurs de l’Optimisme ?

Une invitation plutôt, une invitation à vivre poétiquement sa vie, à entrevoir poétiquement le monde et à coécrire poétiquement notre avenir. Dans les lois de la légèreté de nos plumes.

Nous vous invitons à suivre Vincent Avanzi sur son blog et son site. Découvrez tous ses livres ICI. Retrouvez-le sur les réseaux sociaux:

 

Pendant le confinement, Vincent a également créé un groupe Facebook  CoBuild20 : Coécrivons Demain avec un « Cercle des Poètes Apparus »  où chacun est invité à participer au jeu de société poétique de l’avenir et à écrire un poème en exprimant son rêve d’avenir sur le monde de demain. N’hésitez pas à rejoindre ce groupe pour révéler votre âme de poète ou de poétesse !

 

Propos recueillis par Eva Mazur.

D’autres histoires inspirantes?

Nous vous proposons de découvrir Michel Cavard, auteur d’un conte humaniste et poétique “Artur et l’étoile bleue”.