Virginie Scuvée: “Nous sommes là pour expérimenter”

Cette semaine, nous vous présentons le portrait de Virginie Scuvée. Virginie interviendra pour le Club de l’Optimisme en octobre 2020 lors d’ateliers sur Zoom à 19h00:
* Le 06 octobre: A la découverte des 5 blessures de l’âme (PARTIE 1)

* Le 20 octobre: Outils pour dépasser les 5 blessures de l’âme (PARTIE 2)

Pour participer à ces ateliers, rejoignez le Club de l’Optimisme, accessible à tous grâce à notre formule 100% digitale.

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Passionnée par le fonctionnement de l’être humain et des conditions qui lui permettent de s’épanouir, j’ai fait de ma passion un métier. J’accompagne les personnes à retrouver leur élan de vie, ce qui les fait vibrer, à se révéler.

Heureuse maman de deux ados que je trouve extraordinaires et qui me donnent la chance de les accompagner sur le chemin de leur vie.

Hyperactive, j’aime me dépasser et je pratique le Krav Maga, un art martial de self-défense. 

Eternelle optimiste, j’ai, paraît-il, une vraie capacité d’émerveillement. C’est vrai que je trouve un vrai enchantement à regarder le soleil se lever ou se coucher, observer la nature, ou à trouver des formes rigolotes dans les nuages. J’adore sauter dans les flaques, écraser celles qui sont gelées, écraser les feuilles mortes à l’automne, entendre la neige crisser sous mes pieds, marcher sur les murets comme les enfants, l’odeur de la vanille ou bien du pain au four et les chips au paprika.

Solitaire dans la vie privée, je laisse une grande place à l’intériorité et à la marche méditative par exemple. J’aime le silence, écouter battre mon cœur.

Comment en es-tu arrivée à devenir coach et à créer le programme « Enclenche ta vie » ?

La vie m’a mise au pied du mur en 2009. Ecroulement total de toute mon existence. J’ai perdu tous mes repères habituels (mariage, travail). Ces événements m’ont poussée à prendre une formation de coach avec pour objectif de rejoindre un cabinet d’outplacement à l’issue de celle-ci. Sauf qu’en définitive, j’ai eu envie de créer mon propre programme d’accompagnement au repositionnement. Je l’ai fait de façon quasi intuitive durant près de 10 ans, me reposant sur mon expérience de consultante en « chasse de têtes » et celle que j’acquérais en coaching.

Il m’est apparu que j’avais du mal à définir mon identité de coach. J’ai donc pris un coach et j’ai entrepris un travail afin de définir cette identité. Douée pour donner l’impulsion, résiliente, tenace, ayant moi-même traversé la délicate phase de reconversion, j’ai découvert que j’étais faite pour donner l’impulsion du changement. Mes clients disent que je suis douée pour « botter des … derrières » 

C’est comme ça qu’est né le concept « Enclenche ». EnclencheTaVie, EnclencheTonJob, EnclencheTesEtudes ainsi que le concept « PetitsOutilsDeConscienceDeSoi », très complémentaire du concept Enclenche.

Une de tes spécialités est le « développement de la conscience de soi ». Qu’est-ce que cela signifie pour toi ?

La conscience de soi est selon moi corrélée à l’intelligence émotionnelle. Cela désigne le fait d’être conscient de comment nous fonctionnons, quelles sont nos forces, nos écueils. C’est aussi connaître les situations et les types de relations qui nous font réagir ou nous blessent, afin d’être en mesure de repérer ce qui déclenche l’émotion chez nous et nous permet alors de choisir de fonctionner autrement. La conscience de soi, c’est un peu de la connaissance de soi. Être capable de favoriser ce qui nous convient, de choisir ce qui nous épanouit, d’apprendre à dire non à ce qui ne nous convient pas, de choisir des relations qui nous portent et non des relations qui nous tirent vers le bas.

Qu’est-ce qui te motive au quotidien dans la pratique de ton activité professionnelle ?

Le « EUREK ! » d’un client ! Ce moment quasi magique où le client me dit qu’il comprend enfin ce pour quoi il (elle) est fait (e), qu’il se comprend mieux lui(elle)—même, qu’il a enfin découvert les conditions de son épanouissement.

Tu es de nature optimiste. Comment fais-tu pour transmettre cet optimisme à tes clients ?

Je dédramatise tout le temps. Nous avons été éduqués dans une forme pensée binaire. Blanc ou noir. Ça ou ça. Je leur montre qu’il y a toujours d’autres voies que celles de la binarité. Qu’on peut mettre un « ET » là où ils mettent un « OU ».

Je leur montre qu’il existe des possibilités infinies et que c’est seulement leur mental qui leur fait croire qu’il n’existe que blanc ou noir.

Je les invite à repenser aux choses pour lesquelles ils sont reconnaissants (et donc à voir tout ce qui est chouette dans leur vie, plutôt que tout ce qu’ils n’ont pas encore).

Et je leur montre la voie de la reconnexion à l’enfant intérieur. Nous avons été éduqués à être sérieux. Or, l’aspect ludique des choses peut vraiment permettre d’apprendre et de changer dans la légèreté. Se laisser être joyeux, enjoué, espiègle vient nourrir la vision optimiste de la vie. Nous ne sommes pas là pour nous trainer dans la vie. Nous sommes là pour expérimenter. Essayer. Echouer. Se relever. Essayer encore. Comme un jeu. Rien n’est grave ni sérieux.

Aurais-tu quelques astuces à donner à nos lecteurs pour développer leur intelligence émotionnelle au quotidien ?

Être attentif à son corps. Le corps « nous parle ». Lorsque nous avons mal au dos, à la tête, à l’estomac, c’est souvent signe qu’il se passe quelque chose qui n’est pas ajusté. Quand on décide d’être attentif à cela, on invite le cerveau à focuser. Et cela nous rend conscient quand cela arrive. Une fois qu’on a repéré qu’on a mal quelque part, on peut alors se poser la question de savoir « qu’est ce qui n’est pas ajusté ici ? ». On n’a pas toujours la réponse immédiatement. Mais cela vient avec le temps.

Lire des livres (ou les écouter en audio) de développement personnel ou bien des biographies de gens connus. C’est inspirant.

Quelle est la phrase positive qui te booste au quotidien ?

Comme Barak Obama, même si je ne l’ai pas attendu pour me le répéter : « Allez, Virginie ! Tu peux le faire ! ».

Suivez Virginie sur les réseaux

Son site: www.kumquat.lu (bientôt www.enclenche.com)

Pour en savoir plus

Article dans le Luxemburger Wort (journal national du Luxembourg) à propos du coaching

Sur le Club de l’Optimisme

Pour rejoindre le Club de l’Optimisme et vivre 1001 expériences tout au long de l’année, rendez-vous sur notre site: ICI

Vous aimerez aussi…

Mélanie Monvoisin: “Il nous appartient de réapprendre à identifier nos instincts”