[TEMOIGNAGE 4/5] Voyager seule : la pause qui m’a sauvée d’un travail dans lequel je dépérissais

Marie-Alix est la rédactrice de la rubrique développement personnel du site. Vous étiez nombreux à vous interroger sur son parcours, du monde de la finance à coach. Elle partage son histoire dans une série d’articles.

Suite de l’article Rentrer dans le moule du monde du travail

Un jour s’en était trop. Toutes les stratégies que j’avais mises en place pour m’empêcher d’écouter mon intuition s’étaient écroulées. Je ne pouvais plus lutter contre moi-même et continuer à avancer sur ce chemin de vie qui ne me correspondait pas. J’étais bourrée de peurs, mais je savais au fond de moi qu’une vie meilleure était possible.

Ne plus arriver à être dans le moule

Un matin, je n’arrivais plus à travailler, la panne, la vraie. J’étais devant mon ordinateur, mais impossible de connecter mes neurones pour me concentrer, mon corps refusait de répondre à ma tête. J’étais totalement déconnectée… de moi-même.

Ma vie pouvait continuer facilement son cours sans que j’en reprenne le contrôle. Après tout, si je ne m’étais posé aucune question, la vie aurait suivi son cours.

Parfois j’enviais secrètement les personnes qui étaient dans le moule, qui ne se posaient pas de question et qui se contentaient de vivre la vie qui avait été écrite pour eux.

J’en étais incapable. Cette petite voix dans ma tête n’avait de cesse de me dire que la vie avait mieux à m’offrir, mais comment m’y prendre ?

Voyager seule : cette intuition qui m’a sauvée

Me vint alors une idée saugrenue. J’avais entendu parler de ces femmes qui voyageaient seules. J’avais besoin d’un challenge personnel. Moi qui découvrais à peine le célibat cela me paraissait fou. Je n’avais jamais rien fait complètement seule. Mais j’avais besoin de piment, de remettre de la couleur dans ma vie. Je suis alors partie 3 semaines à Bali, seule.

Dans l’avion j’étais terrorisée. Et s’il m’arrivait quelque chose ? Et si je me faisais enlever et que personne ne s’en rendait compte ? Et si, et si, et si ?

Nous aurons l’occasion de reparler de cette expérience, mais la conclusion est simple : voyager seule, à cette période de ma vie où je sombrais dans un quotidien que je n’avais pas choisi, m’a sauvée.

Voyager seule : apprentissage accéléré

Durant ces 3 semaines, pour la première fois, j’ai appuyé sur le bouton « pause » de ma vie. Je ne devais rendre de compte à personne, j’expérimentais la liberté absolue pour la première fois.

Laissez-moi vous dire quelque chose, c’est addictif ! Jamais je ne m’étais sentie si heureuse et vivante. Je revivais, pour de bon.

La flamme de joie et de vie en moi ne cessait de grandir, et je me suis alors fait une promesse : celle de ne jamais la laisser s’éteindre à nouveau.

En 3 semaines j’ai eu la sensation d’apprendre plus qu’en 3 ans, sur moi, sur la vie et sur le monde.

Et puis j’avais trouvé un objectif : celui de mettre de l’argent de côté pendant un an, pour repartir, sans limite de temps ni d’espace.

J’avais bien compris que je prenais le problème à l’envers depuis le début. Mon problème n’avait jamais été financier : on peut toujours trouver un moyen de gagner de l’argent.Il était personnel : je ne me faisais pas assez confiance pour réaliser mes rêves. 

A mon retour, mon travail ne serait alors plus une finalité, mais un moyen, de m’offrir le plus beau des cadeaux, celui que l’argent n’aurait jamais pu m’offrir : le temps, de construire mes rêves.

Lire la suite : Tout quitter et sauter dans le vide sans filet

Marie-Alix, après des années dans le monde de la finance est devenue coach pour accompagner ceux qui changent de vie. Contact : marie-alix@loptimisme.com